Mission interministérielle PJM : L’UNAF donne son point de vue dans les ASH

07/06/2018

De mars et à juin, une mission interministérielle et pluridisciplinaire sous la direction d’Anne Caron Déglise, s’est constituée pour réfléchir et proposer des pistes de réforme et d’évolution du dispositif de la loi de 2007.

L’interfédération (l’ANDP, l’ANMJPM, la FNAT, la FNMJI, l’Unapei, l’UNAF) participe à cette réflexion. Agnès Brousse coordonnatrice du pôle « évaluation, développement des activités, protection et droits des personnes » de l’UNAF a répondu aux ASH.

« Cette volonté de déjudiciarisation émanant du ministère de la Justice n’est pas simplement motivée au titre des droits fondamentaux et des libertés individuelles des personnes protégées. C’est surtout parce que la fin justifie les moyens. Qu’il faut décharger les juridictions complètement engorgées, les cabinets des juges, les greffes qui n’arrivent plus à faire face à la charge de travail. C’est un désengagement concret de l’Etat en termes de budget, de temps de travail et de responsabilités. Et sur ce dernier point en particulier, cela nous inquiète », souligne Agnès Brousse.

[…]

Selon Agnès Brousse, s’il est demandé plus de responsabilités, plus de compétences aux MJPM, « il faut que cela soit balisé et que ce soit suivi de faits concrets avec une reconnaissance par un statut professionnel, dans une convention collective, avec un salaire qui ne soit pas dissuasif. Nos services peinent à recruter et connaissent un fort turn-over. Il y a un vrai enjeu d’identification et de reconnaissance du métier de mandataire judiciaire », considère-t-elle.

L’article est à lire dans le numéro 3063 des ASH du vendredi 1er juin au mercredi 7 juin 2018.

Haut de page