UNAF - L’UDAF de la Corrèze a tenu son Assemblée Générale Ordinaire

UDAF 19 - Corrèze

L’UDAF de la Corrèze a tenu son Assemblée Générale Ordinaire


04/07/2018

Illustration article

L’UDAF de la Corrèze a tenu son Assemblée Générale Ordinaire le 7 juin 2018

Jean-Paul Gadaut, Administrateur de l’UNAF, a fait honneur de sa présence à cette occasion pour représenter la Présidente de l’UNAF, Marie-Andrée Blanc, et outre les différents partenaires et les salariés, l’UDAF se félicite que trois membres du groupe de parole de majeurs protégés de l’UDAF, très impliqués, se soient également déplacés pour assister à la réunion.

Ils ont pu entendre le rapport d’activité de l’année 2017, activité toujours réalisée dans la cadre d’une démarche d’amélioration continue qui est au cœur des préoccupations de l’Udaf pour l’ensemble de ses services.

Avec une nouvelle association qui a rejoint l’Union en 2017, l’APAJH (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés), l’UDAF 19 poursuit sa mise en réseau des associations qui œuvrent pour défendre les familles et répondre à leurs besoins.
Elle s’efforce aussi de soutenir les bénévoles qui s’investissent pour représenter les familles dans les différentes instances du département et ceux qui agissent dans le cadre des actions développées par l’Udaf (Lire et faire Lire et Répit Sac à Dos) auxquels elle propose des formations et un soutien tout au long de l’année.

La première préoccupation de l’UDAF de la Corrèze demeure une réponse adaptée aux besoins des familles dans leur diversité, leur pluralité et leur richesse multiculturelle ainsi que le maintien du mouvement familial fort en Corrèze.

C’est ainsi qu’elle a développé, avec ses partenaires, une plateforme d’Information et de Soutien aux Tuteurs Familiaux (ISTF) ouverte le 1er janvier 2018.

C’est aussi pour répondre aux besoins des familles qu’elle poursuit les groupes de parole pour parents séparés et enfants de parents séparés dont de nouvelles sessions seront proposées en 2018 pour accompagner les familles afin d’envisager les possibles dans cette nouvelle co parentalité et éviter que la rupture conjugale devienne une rupture familiale….

Par ailleurs d’autres actions parentalité se développeront en 2018 :

Les Gouters Lire qui invitent les parents à assister aux séances de lectures proposées à leurs enfants par les bénévoles Lire et Faire Lire. Un partenariat avec le secours populaire est engagé pour l’orientation des familles et des rendez-vous réguliers dans leurs locaux.

L’UDAF engage également un travail de soutien à la parentalité et de maintien ou de restauration des liens familiaux pour les personnes incarcérées par l’intervention de ses professionnels de l’Espace de Rencontre et du service de Médiation Familiale ;

La mise en place d’actions de prévention de la radicalisation ; L’aide à l’utilisation du numérique pour éviter une exclusion que le tout numérique induit, des médiations spécifiques pour des familles concernées par le handicap, deuil…

Toutes ces actions sont toujours menées en collaboration avec les partenaires pour répondre aux besoins exprimés par les familles, directement ou par l’intermédiaire des associations adhérentes ou des partenaires.

L’Udaf a aussi exprimé lors de cette assemblée ses inquiétudes sur les difficultés de moyens de ses services.

L’Espace de Rencontre aurait besoin d’être ouvert plus souvent pour permettre l’exercice des droits de visite parents enfants sans liste d’attente mais les aides financières ne suivent pas les prescriptions croissantes des juges.

Elle a également pointé le projet de loi de programmation justice 2018-2022 qui sera prochainement examiné au Parlement et qui prévoit un processus de déjudiciarisation par un développement de la médiation sur injonction judiciaire. Il faut s’interroger sur les moyens qui seront mobilisés pour faire face aux recours de plus en plus importants à la médiation judiciaire et aussi sur la place qui sera réservée à la médiation dite conventionnelle (c’est-à-dire à la demande des personnes) qui reste sous-financée par le national et qui ne peut donc suffisamment se développer malgré les besoins.

L’UDAF 19 exprime aussi ses vives inquiétudes face à la réforme du financement de la protection des majeurs et plus particulièrement sur l’augmentation de la participation financière des personnes protégées à partir du 1er juillet alors qu’elles se retrouvent pour la plupart dans des situations financières fragiles.
Face à la volonté de l’Etat d’augmenter la participation financière des majeurs dans le but de faire baisser la dépense publique, l’UNAF a réitéré ses signaux d’alerte sur la portée de la réforme sur les personnes protégées, pour les services et sur ses conséquences pour les allocataires de l’AAH.

Elle souhaite aussi alerter sur les risques liés au fort mouvement de déjudiciarisation Risques concernant l’intérêt des personnes vulnérables, risques d’incidences sur les familles qui, livrées à elles-mêmes, auront besoin d’une aide, en particulier celles pour lesquelles sera prononcée une habilitation familiale. Par ailleurs, un transfert de compétences des juridictions vers les mandataires judiciaires à la protection des majeurs s’opère et nécessite une vigilance accrue quant aux questions du rôle, des responsabilités et du statut des mandataires judiciaires.

Le soutien aux aidants est aussi une préoccupation pour l’UDAF 19 qui est toujours en recherche de bénévoles pour offrir du répit aux aidants ; l’UDAF participe aux différents groupes de travail mis en place dans le département.

Enfin l’UDAF a souhaité évoquer particulièrement son projet de « Familles Gouvernantes » qui doit proposer des logements accompagnés aux personnes handicapées et personnes âgées. Le dispositif favorisera les conditions d’insertion des personnes en créant un lieu de vie qui préserve le droit au logement : solution adaptée de maintien à domicile en milieu ordinaire. Le dispositif propose des appartements en co location avec la mutualisation de la Prestation de Compensation du Handicap ou de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie afin de favoriser une intervention à domicile plus importante. Ce concept est développé depuis plus de 20 ans par certaines UDAF. Ils ont fait leurs preuves et répondent aux besoins des personnes tout en favorisant un chez soi sécurisé et accompagné et des économies non négligeables pour les familles et les financeurs du département. L’udaf souhaite notamment que les personnes handicapés psychiques à qui elle destinait initialement ce service puissent en bénéficier mais à ce jour elles ont trop peu de reconnaissance de leur handicap et peu d’aide compensatoire.

L’UDAF a ensuite choisi de développer le thème du soutien à la parentalité en faisant intervenir un sociologue spécialiste de la famille, Monsieur Gérard NEYRAND, et en mettant en avant les actions de ses associations adhérentes qui proposent du soutien à la parentalité : Familles Rurales, Les P’tits Bouts, Association Familiale Catholique, Enfance et Familles d’Adoption et ADAPEI avec le témoignage d’un parent d’enfant handicapé qui a pu exprimer les difficultés spécifiques liées à cette situation.

L’UDAF a conclu en rappelant la possibilité pour les familles de faire appel en cas de besoin à ses services de médiation familiale pour les divers conflits internes qu’elles peuvent connaître ou à l’Espace de rencontre « Le Lien » pour l’exercice des droits de visite des parents.

Haut de page