Réalités Familiales n°122/123

De véritables politiques publiques pour accompagner les séparations

10/06/2018

Illustration article

Editorial

Par Marie-Andrée Blanc, Présidente de l’UNAF

Avec la dédramatisation des séparations et l’adaptation du droit aux nouvelles configurations familiales, on pourrait être tenté de considérer la séparation comme un phénomène presque banal. Et pourtant, nombreuses sont les difficultés lorsque des parents se séparent.

Des enjeux cruciaux

La séparation est une épreuve qui dépasse le seul couple et fragilise tous les membres de la famille, parents comme enfants. Ses conséquences sont aussi d’ordre économique : les séparations sont le premier facteur d’appauvrissement des familles, et engendrent une baisse du niveau de vie significative, surtout celui des mères. Plus souvent à la tête des familles monoparentales, celles-ci souffrent d’un accès plus difficile à l’emploi et de difficultés à concilier vie familiale et professionnelle. Se séparer peut également fragiliser le lien entre les enfants et leurs parents : 18 % des enfants dont les parents sont séparés ne voient plus leur père. Ce chiffre nous montre que l’exercice de la coparentalité après la séparation n’a rien d’une évidence pour de nombreux parents qui n’ont pas surmonté leurs conflits. Ces situations peuvent avoir des répercussions lourdes sur l’équilibre des enfants. Plus difficile à mesurer, elles doivent néanmoins être prises en compte.

Soutenir les familles lorsqu’elles en ont besoin

Pour l’UNAF, l’accompagnement des séparations nécessite de faire l’objet de véritables
politiques publiques. C’est justement dans les moments où leurs repères volent en éclat que les familles doivent être soutenues et accompagnées. Aussi, en matière de prestations, nous défendons une amélioration des aides au logement pour les parents isolés afin de compenser la perte de niveau de vie, y compris pour les parents qui n’ont pas la résidence principale de leurs enfants. Pour aider les parents à assumer leur rôle parental et à gérer des relations parfois conflictuelles avec leur ex-conjoint, dans l’intérêt de l’enfant, nous soutenons la recommandation du Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge de créer un véritable service public de la médiation familiale et des espaces de rencontre, et de renforcer le soutien à la parentalité.

Mobilisés pour l’intérêt de l’enfant

Sur le terrain du droit, nous nous impliquons dans les évolutions législatives, toujours dans l’intérêt de l’enfant. Ainsi, nous avons revendiqué l’importance du juge dans le cadre de la réforme du divorce par consentement mutuel, soutenu la proposition de loi sur la double résidence des enfants, et nous restons très vigilants à propos du projet de réforme de la justice.

Soutenir les familles lorsqu’elles en ont besoin, les aider à faire face aux situations de fragilité, accompagner les parents pour qu’ils puissent exercer leur parentalité, même après la séparation et ce dans l’intérêt de l’enfant : voici les engagements que l’UNAF et son réseau mènent au quotidien.


Pour commander ce numéro :

Réalités Familiales n° 122-123 : « Familles à l’épreuve de la séparation »
Prix : 10 € + 3,15 € de frais de traitement, à commander à l’UNAF, Service communication : 28, place Saint-Georges 75009 Paris Tél. : 01 49 95 36 00
E-mail : realites.familiales unaf.fr

Haut de page