L’UNAF et l’OPE publient les résultats 2018 du volet Salariés du Baromètre de la Conciliation entre Vie professionnelle, Vie personnelle et Vie familiale

04/07/2018

Illustration article

Le mardi 26 juin 2018, la Présidente de l’UNAF, Marie-Andrée Blanc, Guillemette Leneveu, Directrice générale, Jérôme Ballarin, Président de l’Observatoire de l’Equilibre des Temps et de la Parentalité en Entreprise, accompagné de Catherine Boisseau-Marsault, Directrice des Etudes et de la Prospective, ont livré, à l’UNAF, les résultats 2018 du volet salariés du Baromètre de la Conciliation entre Vie professionnelle, Vie personnelle et Vie familiale. Pour Marie-Andrée Blanc : « Depuis 10 ans, ce baromètre nous permet une analyse fine des besoins des salariés en termes de conciliation vie familiale - vie professionnelle : cette question concerne tous les âges (du parent de jeune enfant à l’aidant familial) et l’équilibre des temps se dégrade. Heureusement que bien des entreprises se mobilisent. Ce sont des exemples à suivre. ».

Retrouvez le discours de la Présidente de l’UNAF.

Focus Famille / décryptage de Guillemette Leneveu

L’équilibre des temps : un enjeu qui croît avec les responsabilités familiales, quelles qu’elles soient, et, pour les parents, à tous âges des enfants
A noter : seuls 11 % des interrogés ne déclarent aucune responsabilité familiale (= ne sont ni conjoint, ni parent, ni aidant, ni grand parent actif). L’équilibre des temps reste pour 9 personnes sur 10 une préoccupation importante ou très importante. C’est aussi le cas pour les parents quel que soit l’âge du plus jeune enfant. Cette préoccupation n’est pas cantonnée à la petite enfance. Elle est aussi forte chez les parents dont le plus jeune enfant a de 6 à 10 ans (96 %) que ceux pour qui il a moins de 3 ans (97 %). Les parents sont 58 % à considérer comme « très importante » la question de l’équilibre des temps, contre 46 % de ceux qui vivent seuls sans enfant. Les parents déclarent plus souvent que les autres manquent de temps (76 % contre 60 % de ceux qui vivent seuls et sans enfant et 57 % ne déclarant aucune responsabilité familiale). Par rapport aux « sans enfant » (65 %), les parents expriment plus souvent un manque de temps quel que soit l’âge du plus jeune enfant. L’écart est de 13 point (78 %) pour les parents d’enfants dont le benjamin a 6 à 10 ans.

De faibles marges de manœuvre pour les parents
Deux nouvelles questions sondent la marge de manœuvre des interrogés face à une réduction de salaire ou une augmentation du temps de travail. 49 % des parents (et 52 % des parents solo) se disent « tout à fait d’accord » pour dire qu’augmenter leur temps de travail désorganiserait trop leur vie familiale ou personnelle, contre 35 % des non parents. Cet écart par rapport aux non parents est toujours notable quel que soit l’âge du benjamin. Les interrogés en couple sans enfant expriment aussi plus souvent ce sentiment (39 %) que les personnes vivant seules (30 %). Les mères expriment nettement plus fréquemment que les pères l’absence totale de marge de manœuvre temporelle : 54 % contre 45 %. 38 % des parents (et 45 % des parents solos) contre 27 % des non parents et 25 % des personnes seules sans enfant, se déclarent ne pouvoir ni augmenter leur temps de travail, ni réduire leur salaire.

Confirmation d’une dégradation de l’équilibre des temps chez les parents comme l’ensemble des salariés
De 2017 à 2018, le sentiment de manque de temps s’accroit légèrement chez les parents (de 74 à 76 %) notamment du fait des pères. Se confirme une « égalisation par le pire » de ce sentiment, avec une dégradation de +10 % chez les pères en 2 ans (de 64 à 74 %), tout en restant élevé chez les mères (79 %). En 10 ans, la part de salariés éprouvant au moins une fois par mois une difficulté à remplir ses responsabilités familiales du fait du temps au travail est passée de 16 % à 39 % (source 2007 : Enquête Eurofound). Ceci place la France dans le peloton de queue européen. La satisfaction sur le temps passé au travail baisse, comme pour l’ensemble des salariés. Elle était de 67 % en 2017 pour les couples avec enfant et n’est plus que de 59 %. Elle baisse cette année de 10 % pour les parents solos.

Une sensibilité accrue aux actions de l’entreprise : plus on a de responsabilités familiales, mieux on connaît l’offre de l’entreprise
Les salariés en couple avec enfant sont plus nombreux que les personnes vivant seules (64 % contre 55 %) à dire que leur entreprise ne fait « pas beaucoup de choses ». Généralement, les parents sont beaucoup mieux renseignés que les autres salariés sur les mesures en place dans leur entreprise : par exemple, seuls 14 % des parents ignorent si leur entreprise a mis en place des mesures favorisant le télétravail, contre 28 % des non-parents.

Lire le communiqué de presse

et les résultats complets en ligne.


PDF - 51 ko


Haut de page