L’UNAF a rencontré le Cabinet du Ministre de l’Education nationale

10/07/2018

Illustration article

Rémy Guilleux, administrateur et président du département « Education - Jeunesse - Numérique » et Patricia Humann, coordonnatrice du pôle « Ecole, petite enfance, jeunesse »ont rencontré le 19 juin 2018, Fanny Annor, conseillère spéciale du Ministre de l’Education nationale, Jean-Louis Blanquer, ainsi que Isabelle Bourhis, conseillère sociale, partenariats et vie scolaire. L’objectif de cette rencontre : faire le point sur la scolarisation des enfants de 3 ans et échanger sur les autres thématiques d’actualité.

Rémy Guilleux a rappelé que l’UNAF était plutôt satisfaite de l’annonce du Président de la République, Emmanuel Macron lors des Assises de l’école maternelle en mars 2018 concernant l’instruction obligatoire dès 3 ans, notamment parce que le langage, qui se renforce lors de la maternelle, est une des premières sources d’inégalité entre les enfants.

Mais Rémy Guilleux a souligné que certaines questions se posent aux familles : l’obligation d’assiduité toute la journée, le cas des familles qui ne peuvent pas scolariser leurs enfants petits (les Familles batelières qui ont fait part de leur inquiétude à l’UNAF, les familles de forains …), la scolarisation des enfants en situation de handicap….

Le cabinet a précisé les éléments suivants :

• Tous les enfants qui auront 3 ans dans l’année civile seront accueillis en septembre de cette même année (Par exemple en septembre 2018 sont accueillis tous les enfants qui ont 3 ans en 2018).

• Un espace numérique type CNED sera mis en place pour aider les familles qui scolarisent les enfants à la maison.

• L’assiduité sera obligatoire, y compris l’après-midi. Cantines et transports scolaires devront s’adapter à cette nouvelle situation.

• Concernant le handicap, la conseillère a rappelé qu’elle avait été alertée par des associations d’une sur-médicalisation d’enfants fragilisés du fait de la pauvreté de leur famille, et qu’un travail avec la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Madame Sophie Cluzel était engagé sur le sujet.

8 000 postes ont en effet été créés à temps plein pour accompagner les enfants en situation de handicap. Par ailleurs 12 000 contrats aidés ont été transformés en AESH (accompagnement des élèves en situation de handicap) et malgré tout, ce n’est pas 100 % des enfants handicapés qui bénéficient d’une AVS (Auxiliaire de vie scolaire) ou d’une AESH.

• Concernant les DOM et surtout Mayotte, des moyens spécifiques vont être accordés pour faire face à l’afflux d’enfants en maternelle.

L’UNAF a rappelé la nécessité d’un nombre d’adultes suffisant par classe, sachant que la France est plutôt très mal placée au niveau international avec 22 enfants par adulte contre 13 à 14 en moyenne :

Notons que la prise en compte des ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) relève ce taux à 15 enfants par adultes. Cependant, concernant les ATSEM, l’UNAF a souligné que les situations sont très diverses sur le territoire (6 classes sur 10 seulement ont une ATSEM par classe).

Les conseillères ont évoqué la volonté du ministère de reconnaître leur rôle, de travailler à une formation sur le langage, la stimulation de l’enfant.
L’UNAF a rappelé la nécessité d’une forte collaboration ATSEM - professeur des écoles.

Le cabinet a par ailleurs fait part d’une volonté de repenser les ESPE (écoles supérieures du professorat et de l’éducation) ; cela fait partie de l’agenda social avec les syndicats. La volonté est qu’il y ait un pré-recrutement en L2, L3, des futurs enseignants, avec davantage de stages sur le terrain pour les futurs enseignants.

Concernant l’orientation scolaire, l’UNAF a fait part de la crainte que les CIO (Centres d’information et d’orientation) ne disparaissent, et que les conseillers d’orientation psychologues, maintenant appelés psychologues scolaires, et ayant directement un poste dans les établissements, fassent moins de véritable conseil en orientation.

Selon les conseillères, c’était la volonté des Conseillers d’orientation-psychologue (COP) de soutenir le texte et de déplacer les CIO vers les établissements scolaires. Un travail du ministère avec les régions est par ailleurs en cours pour un partenariat Etat Région sur l’orientation.

Enfin le plan mercredi a été annoncé par les conseillères du cabinet du MEN : il s’agit d’offrir aux enfants des activités de qualité le matin et/ou toute la journée.

Un « label qualité » et des ressources seront proposés aux communes signataires d’un PEDT (projet éducatif territorial) sous certaines conditions. La prise en compte du handicap devra être obligatoire pour obtenir ce label, ainsi que la mise en place d’une tarification prenant en compte le quotient familial (QF). Un soutien accru de la CAF sera possible. Toute la semaine sera par ailleurs considérée comme « périscolaire », y compris le samedi. L’extra-scolaire sera réservé aux vacances, ce qui change les contraintes (nombre d’enfants par adulte) et les apports financiers des CAF.

L’UNAF a par ailleurs indiqué au cabinet les positions concernant l’animation des espaces parents par les UDAF (cf. document joint).

L’UNAF, qui a été reçue par le Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer en juillet 2017 est satisfaite de ces points de rendez-vous réguliers avec son Cabinet. + Lire.

@ : phumann unaf.fr


PDF - 691.5 ko


Haut de page