« Ma santé 2022 » : l’UNAF présente à l’Elysée, au lancement par le Président de la République de la stratégie de transformation du système de santé

25/09/2018

Le 18 septembre dernier, la Présidente de l’UNAF, M-A. Blanc, était invitée à l’Elysée au discours du Président de la République relatif à la stratégie de transformation du système de santé.

A cette occasion, le Chef de l’Etat a rendu publiques, les mesures visant à transformer notre système de santé.

Au cours de son discours il a réaffirmé sa volonté que notre système de santé puisse répondre aux nombreux défis qui se présente à lui : vieillissement de la population, développement des maladies chroniques, progression constante des couts et pénurie d’offre de soins dans certains territoires.

L’UNAF approuve une telle volonté car, de nombreuses familles sont aujourd’hui confrontées à de multiples difficultés quant à l’accès à une offre de soins de proximité. Ces difficultés sont autant d’obstacles à l’accès aux soins. Si celles-ci ne sont pas levées rapidement, nous pourrions assister à l’accroissement des renoncements aux soins et à l’aggravation des inégalités sociales en santé.

Les 54 mesures proposées dans le cadre de la stratégie « Ma santé 2022 » doivent, selon le Président de la république, remettre le patient au centre pour garantir à tous les français un accès à des soins pertinents et de qualité. Acceptons-en l’augure.

Certaines propositions sont intéressantes : la création d’un nouveau métier d’assistant médical : celui-ci pourra permettre au médecin de maximiser son « temps médical » dans le cadre de sa consultation.

La nécessité que les professionnels de santé travaillent en équipe : en effet, il ne peut y avoir une médecine organisée dans le cadre d’un parcours de santé sans que ces derniers se coordonnent et agissent non pas autour mais avec la personne afin que les effets de cette prise en charge soient les plus bénéfiques pour elle.

La fin de l’exercice isolé d’ici 2012 est un marquage fort de ce mouvement. De même, faciliter l’accès à des prises en charge « urgences de ville » afin d’éviter le déport sur les services d’urgence des établissements de santé est un enjeu important. Il nous faudra néanmoins évaluer la mise en place de cette organisation afin de veiller à l’accessibilité pour toute la population aux dispositifs qui seront mis en place au sein des territoires.

L’UNAF suivra avec attention le déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) et demande à ce que des représentants des usagers puissent y participer. Ainsi, ils pourront :
- exprimer les besoins de la population du territoire concerné,
- participer à l’élaboration des projets médicaux de territoire et en évaluer les effets.

L’abandon du numérus clausus est une résultante du constat déjà établi montrant que celui-ci était largement détourné, par le départ de nombreux étudiants dans des filières à l’étranger. Néanmoins la question de la répartition des médecins sur l’ensemble des territoires demeure. Il ne sert à rien de supprimer le numerus clausus si ces futurs médecins ne se répartissent pas au sein de l’ensemble des territoires et, en priorité, dans ceux qui sont déjà en tension.
L’UNAF sera attentive à ce que la mesure visant à envoyer 400 médecins généralistes à exercice partagé ville/hôpital afin de faciliter l’accès à une consultation généraliste en ville soit à la hauteur des besoins exprimés par les usagers et notamment les familles. Cette mesure ne règlera cependant pas le problème de l’accessibilité dans des délais adaptés, à des professionnels de santé de certaines spécialités.

Quant à la qualité des soins, l’UNAF est satisfaite de l’annonce que les résultats des soins soient évalués à partir de l’expérience des patients et que l’évaluation de la qualité soit un des éléments constitutifs du financement des établissements de santé. A nouveau, les représentants des usagers ainsi que leurs associations doivent être associés à l’élaboration des indicateurs, à la définition des critères de résultats ainsi qu’à leurs évaluations.

@ : nbrun unaf.fr

Haut de page