Qualité de l’eau potable : L’UNAF, en partenariat avec le Centre d’Information sur l’Eau (CIeau), a organisé une matinée, labellisée par la commission européenne dans le cadre de consultations citoyennes

06/11/2018

Illustration article

L’UNAF, en partenariat avec le Centre d’Information sur l’Eau (CIeau), a organisé une matinée labellisée par la Commission européenne dans le cadre de consultations citoyennes, sur le thème de la qualité de l’eau potable.

La directive sur les eaux potables de consommation est en cours de révision et poursuit trois objectifs principaux : améliorer la qualité de l’eau potable et son accès à tous les citoyens et fournir des informations plus complètes aux consommateurs.

La matinée s’est déroulée en deux temps : la tenue d’une table-ronde et d’un débat participatif entre les intervenants et les participants.

Michel Dantin, eurodéputé, a présenté (vidéo) les enjeux et objectifs de la nouvelle directive qui se veulent ambitieux, notamment en termes de normes de sécurité sanitaire au regard des risques émergents dus à la combinaison de nouvelles substances chimiques telles que les perturbateurs endocriniens, nanoparticules, composés perfluorés.

Marillys Macé, directrice générale du CIeau, a fait état des perceptions des consommateurs en France qui montrent une plus grande confiance dans la qualité de leurs eaux potables que leurs voisins européens. Néanmoins, elle reconnaît qu’il existe une marge de manœuvre pour que les consommateurs français consomment moins d’eau en bouteille, en cohérence avec les objectifs de la stratégie européenne sur les matières plastiques présentée en janvier 2018 et l’économie circulaire.

BrunoTisserand, Président d’EurEau, est revenu sur l’approche « analyse des risques » promue par la Commission européenne qui est rendue possible par les progrès scientifiques et retient qu’elle doit s’appliquer plus au regard des conditions locales (sécheresses, inondations, ...) et aboutir à des mesures de prévention des ressources en eau des territoires.

Nathalie Franques, de la Direction générale de la Santé, a fait un état des lieux de la réglementation française et a montré combien son ministère est impliqué dans les contôles de la qualité de l’eau, à tous les niveaux du cycle de l’eau, et que la directive poursuit des enjeux sanitaires, juridiques, économiques et sociaux.

Enfin, Isabelle Gaillard, représentante de l’UNAF au Comité de Bassin Seine-Normandie, a insisté sur le fait que l’eau est un bien de consommation alimentaire, le plus contrôlé et doit être sûr, sain et durable conformément à la loi Egalim récemment votée.

Le débat participatif a mis en avant la nécessité d’une culture de l’eau partagée, reposant sur une information transparente, pédagogique et accessible à tous au plus près de leur territoire, pour que les familles soient des acteurs éclairés, responsables et engagés dans la transition écologique et solidaire en cours.

Programme en rappel

@ : ssitbon unaf.fr


Powerpoint - 343.8 ko


Haut de page