Une nouvelle formation pour les assistants maternels : l’UNAF est satisfaite des nouvelles modalités, mais réservée sur le nombre d’heures

05/12/2018

Un décret et deux arrêtés viennent d’être publiés sur la formation des assistants maternels et prévoient une mise en œuvre dès le 1er janvier 2019. L’UNAF a participé au groupe de travail mené par la DGCS sur ce chantier. Satisfaite d’une grande partie des modifications apportées, l’UNAF aurait souhaité que ces changements s’accompagnent d’une augmentation du nombre d’heures de formation obligatoire. Ce n’est pas le cas, puisque le nombre d’heures obligatoires reste à 120 heures. Le décret prévoit toutefois une possibilité aux conseils départementaux de proposer un nombre supérieur d’heures de formation ainsi qu’un stage en milieu professionnel. Nos représentants familiaux dans les schémas départementaux des services aux familles pourront inciter les conseils départementaux à aller dans ce sens.

Malgré cette réserve, de nombreux apports sont à noter :

  • sur les 120h de formation, désormais les assistants maternels devront suivre 80h avant l’accueil du premier enfant et 40h ensuite. Avant la répartition était de 60h avant/60h après
  • Le contenu de la formation à évoluer parallèlement au CAP anciennement « petite enfance » et devenu « accompagnement éducatif petite enfance » en 2017. À noter les trois grands domaines de connaissances et compétences :
  • les besoins fondamentaux de l’enfant, pour une durée minimale de trente heures : Ce domaine a été renforcé avec une attention particulière sur le développement et la sécurité psycho-affective et physique de l’enfant, les soins et l’hygiène. Une formation aux gestes de premier secours est également prévue.
  • les spécificités du métier d’assistant maternel, pour une durée minimale de vingt heures : Cette partie de la formation entend apporter les clefs aux assistants maternels pour assurer de bonnes relations avec les parents : maîtriser la relation contractuelle entre l’assistant maternel et l’employeur et instaurer une communication et des relations professionnelles avec son employeur
  • le rôle de l’assistant maternel et son positionnement dans les dispositifs d’accueil du jeune enfant, pour une durée minimale de quinze heures :
  • les candidats aux métiers d’assistants maternels devront réussir une épreuve à l’issue des 80 premières heures de formation visant à vérifier l’acquisition de savoirs et de compétence. Cette épreuve (d’une durée minimum de 3h) pourra prendre la forme d’un contrôle continu ou d’un contrôle terminal ou d’une combinaison de ces deux formes et consistera en une interrogation écrite ou une interrogation orale ou une mise en situation professionnelle ou une combinaison de ces trois méthodes.
  • à noter la possibilité de compléter la formation par un stage au milieu professionnel : soit dans un EAJE (établissement d’accueil de jeunes enfants), une pouponnière à caractère social, un centre maternel, le domicile privé d’un assistant maternel agréé, une MAM (maison d’assistants maternels), un relais d’assistants maternels (RAM). Ce stage d’une durée minimum d’une semaine est encadré par un tuteur.

Les modifications de la formation des assistants maternels prennent en compte une partie des propositions du rapport Giampino sur le développement du jeune enfant, les modes d’accueil et la formation des professionnels. https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/wp-content/uploads/2016/05/Rapport-Giampino-vf.pdf Ce rapport insistait sur l’importance de la qualité des modes d’accueil et la nécessité de renforcer la formation des professionnels de la petite enfance et d’adopter un cadre national commun à tous les professionnels. Pour l’UNAF, une augmentation du nombre d’heures de formation aurait permis d’aller plus loin et d’offrir aux assistants maternels des perspectives d’évolution dans l’accueil collectif.
Rappelons que les assistants maternels constituent le premier mode d’accueil extérieur à la famille et mérite qu’on y porte une attention particulière.
smartin unaf.fr

Haut de page