UNAF - Think tank « Peps » : l’UNAF intervient sur « L’Europe face aux défis environnementaux, quelles solutions ? »

Think tank « Peps » : l’UNAF intervient sur « L’Europe face aux défis environnementaux, quelles solutions ? »


13/12/2018

Illustration article

L’UNAF, représentée par Simone Sitbon chargée de mission environnement, a participé à la rencontre-débat, organisée par le think tank (laboratoire d’idées) « Peps », le 4 décembre dernier à Paris, sur « L’Europe face aux défis environnementaux, quelles solutions ? ».

Peps est une toute jeune plateforme participative qui vise à montrer que le bénéfice environnemental est le premier levier de la justice et de la cohésion sociales.

Lors de cette rencontre, il a été fortement question de la place, du rôle, des moyens des Institutions européennes dans l’élaboration d’une politique ambitieuse de transition écologique au plus près des citoyens. Cette réforme des Institutions sera certainement un thème central dans la campagne des prochaines élections européennes.

Les exposés de nombreux intervenants à la table-ronde et les échanges avec la salle ont montré combien il était nécessaire de refonder les institutions européennes pour donner plus de pouvoir aux élus parlementaires et surtout pour impliquer réellement le citoyen qui est trop peu informé, associé ou consulté alors que de nouveaux moyens de communication et de participation existent.

La démocratie européenne doit être renforcée pour que la réponse aux défis environnementaux mais aussi sociaux, fiscaux et financiers, puisse aboutir à plus de prospérité et de bien-être des populations. Le vote, dans certains cas, à l’unanimité au Conseil européen reste en débat en raison de ses effets de blocage. Si la refonte des Institutions européennes viendrait à s’inscrire dans l’agenda des solutions, la forme des votes devra être tranchée.

Un autre point d’amélioration incontournable est la mise en œuvre de la transparence au regard notamment des décisions prises par ce même conseil européen ou par la commission européenne, mandatée lors des négociations d’accords internationaux.
L’UNAF est intervenue sur ce point. Cet effort d’accès aux informations doit se faire dans un esprit de lisibilité et de pédagogie. Elle est la condition sine qua none de rétablissement de la confiance. L’Europe doit œuvrer pour l’intérêt général et la protection des biens communs comme l’environnement et la biodiversité.

Rappelons que l’UNAF soutient que soit inscrit dans les textes juridiques européens le principe directeur de non-régression comme il figure en droit français dans la loi du 8 août 2016 sur la biodiversité (l’article L. 110-1 du Code de l’environnement) selon lequel « la protection de l’environnement, assurée par les dispositions législatives et réglementaires relatives à l’environnement, ne peut faire l’objet que d’une amélioration constante, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment ».

Enfin, l’Europe doit lutter contre les fractures issues d’un fonctionnement à deux vitesses opposant les pays du Nord « contre » ceux du Sud ou fonctionnant par « cercles » d’intérêts partagés entre pays (type zone euro, zone énergies renouvelables contre zone charbon ou gaz). Il a été rappelé qu’un grand chantier pourrait réunir l’ensemble des pays européens et porter sur la rénovation thermique des logements démontrant, à terme, combien le levier européen est efficient. L’Europe doit montrer ce qui fait société entre ses membres, ses territoires, ses citoyens autour de sa capacité à répondre aux défis qui se présentent et en se renouvelant constamment dans une démarche de progrès environnemental et social continue.

+ Lire

Site Peps

Haut de page