UNAF - Suspension-du dioxyde de titane (E171) : l’appel de l’UNAF avec d’autres associations entendu par Bruno Le Maire

Suspension-du dioxyde de titane (E171) : l’appel de l’UNAF avec d’autres associations entendu par Bruno Le Maire


16/01/2019

L’UNAF se félicite de l’engagement pris, vendredi 11 janvier dernier, par le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, en charge de la consommation, de signer l’arrêté d’application de l’article 53 de la loi Egalim du 30 octobre 2018 (loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole). Cet article prévoit la suspension du dioxyde de titane, additif et colorant alimentaire, formé de nanoparticules et présent dans bon nombre de produits alimentaires touchant notamment les enfants : confiseries, friandises, pâtisseries, dentifrices, ...
Il est suspecté d’un risque cancérogène potentiel.

Rappelons que l’UNAF avait signé aux côtés d’une vingtaine d’autres associations de consommateurs, de protection de l’environnement, de santé, … un appel dans le journal Le Monde datée du 24/12/2018, demandant la suspension de l’autorisation du dioxyde de titane, au nom du principe de précaution, son innocuité ne pouvant être démontrée, faute de suffisamment de données et d’évaluation scientifiques l’étayant.

Déjà, dans le cadre des Etats Généraux de l’Alimentation (atelier 8 relatif à la sécurité sanitaire de l’alimentation, avec la question de la prévention des contaminations chimiques), l’UNAF, qui s’interrogeait sur l’utilité réelle de cet additif, avait défendu avec ténacité sa suspension. Cette mesure avait fini par figurer dans le texte final de la loi Egalim.

Certes, il faudra attendre encore jusqu’au 15 avril prochain pour voir l’arrêté ministériel pris, en espérant que l’Europe suivra sur le principe du droit de sauvegarde, mais le débat de santé publique doit continuer, notamment au regard du déficit d’information et d’étiquetage sur la présence des nanoparticules dans les produits de consommation courante : cosmétiques, vêtements, … et sur la présence de cet additif dans les médicaments. Les familles doivent pouvoir acheter en toute connaissance de cause !

Contact : ssitbon unaf.fr

Sources

• L’appel d’associations à Bruno Le Maire pour suspendre l’additif E171,tribune co-signée par 22 organisations (Le Monde, 24/12/2018)
Communiqué de presse de Bruno Le Maire

Haut de page