UNAF - L’UNAF a participé à la présentation, par Gabriel ATTAL, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, de la feuille de route de la vie associative et de ses premières déclinaisons 2019

L’UNAF a participé à la présentation, par Gabriel ATTAL, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, de la feuille de route de la vie associative et de ses premières déclinaisons 2019


14/02/2019

Illustration article

L’UNAF, avec l’ensemble des acteurs engagés dans les travaux relatifs au développement de la vie associative, a participé le 29 janvier 2019, au premier point d’étape sur la feuille de route « vie associative » du Gouvernement.
Initiée par Gabriel ATTAL, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse en charge de la vie associative, cette réunion s’inscrivait dans le cadre de son plan d’action pour le développement de la vie associative présenté le 29 novembre 2018. Ce plan faisait suite au rapport réalisé par le Mouvement associatif en début d’année, et remis au Premier Ministre en Juin 2018, auquel l’UNAF avait contribué.
L’UNAF était représentée par Bernard TRANCHAND, vice-président de l’UNAF, accompagné de Chantal JANNET, administratrice et membre du Conseil d’administration du Mouvement associatif.

Rappelons que ce plan d’action se décline autour de 3 axes :

  • Un appui structurel et un accompagnement renforcé des associations,
  • Permettre l’engagement tout au long de la vie,
  • Le développement associatif, l’affaire de tous.

Parmi les 15 mesures annoncées, on note en particulier :

Sur l’axe 1, Appui structurel et accompagnement renforcé des associations

  • L’incitation à la constitution de groupements d’employeurs, avec le lancement d’un appel à projet en mars 2019.
  • La décision d’orienter davantage le FDVA 2 vers les petites associations. Les commissions d’attribution des subventions issues du FDVA pourraient par ailleurs être ouvertes aux citoyens. L’arrivée dans les Préfectures autour du 20 janvier d’une lettre relative à la campagne 2019 du FDVA dont le nouveau calendrier s’ouvre a priori début février, a été annoncé.

Sur l’axe 2, Permettre l’engagement tout au long de la vie

  • La volonté de mieux reconnaître l’engagement à travers notamment une prolongation des délais de déclaration des activités bénévoles éligibles aux Compte d’Engagement Citoyen.
  • Le projet d’une étude d’ampleur sur l’ensemble des impacts de l’action associative.
  • L’annonce d’une rénovation de l’ensemble des dispositifs de congés d’engagement afin de les rendre plus lisibles et accessibles pour les citoyens qui souhaitent s’engager.

Sur l’axe 3, Le développement associatif, l’affaire de tous

  • Le démarrage d’un groupe de travail sur la fiscalité des associations, et l’annonce de l’examen le 25 mars prochain par l’Assemblée nationale, de la proposition de loi El Haïry destinée à améliorer, par diverses mesures, le statut associatif.
    Une des dispositions de ce texte vise à permettre la conservation d’un excédent sur les financements publics non consommés, constaté à l’issue de l’action, dès lors que celui-ci est qualifié de « raisonnable ». Une autre consiste à relever le plafond des dons des TPE-PME afin d’inciter aux dons à l’échelle locale, pour le développement de projets dans leur environnement immédiat.
  • Le développement du mécénat financier et du mécénat de compétences notamment dans les administrations publiques.

Le Président du Mouvement associatif, Philippe Jashan, a remercié le Ministre d’avoir reconduit ces rencontres regroupant l’ensemble des acteurs du secteur associatif pour établir des bilans réguliers sur la santé et les évolutions, ainsi que les points et problématiques rencontrés par les associations dans la mise en œuvre de la feuille de route pour le développement associatif.

Tout en se félicitant de l’ouverture d’un espace de dialogue à travers ce plan d’action, Philippe JASHAN a rappelé le besoin de reconnaissance et de concertation du monde associatif.

Il a fait part du constat d’une concurrence accrue entre le secteur associatif et le secteur marchand. Il a jugé insuffisants les moyens envisagés par le Secrétaire d’Etat pour la mise en en œuvre de la feuille de route. Il a demandé que ceux-ci soient augmentés et que l’Etat s’investisse davantage. Il a appelé de ses voeux que le travail sur le terrain des associations soit mis en valeur dans le Grand débat national.
Il a insisté sur l’impact négatif de la suppression des contrats aidés, notamment pour les petites associations. Ces dernières se voient dans l’obligation de cesser leurs activités, générant ainsi plus de chômage. Il a fait remarquer que souvent, la proximité et la qualité de l’accompagnement des associations en direction des personnes employées en contrats aidés, provoquait une reprise de confiance des acteurs concernés et une remise en emploi durable pour près de 50% des cas. Il a rappelé la compétence déployée par le milieu associatif pour réussir cet accompagnement et regrettait qu’un travail d’évaluation n’ait pas pu être objectivé avant la prise de décision.
La transformation des contrats aidés en PEC (parcours emploi compétences) semble difficilement accessible pour les petites associations notamment pour la formation renforcée.

Le Ministre a pris soin de répondre aux sollicitations des responsables des associations présentes, en prenant le temps d’expliquer l’importance et la force des nouveaux contrats pour générer des emplois plus stables.

Les critiques ont été reprises par plusieurs participants du monde associatif, notamment à propos de l’annonce du développement de financements privés par la philanthropie, car celle-ci ne compensera pas la baisse des subventions.

Le Ministre a confirmé sa volonté de poursuivre ces rencontres régulières pour être en capacité de rectifier les orientations au fur et à mesure des évaluations posées.
Retrouvez les 15 mesures annoncée pour favoriser le développement de la vie associative.

@ : vdela_morinerie unaf.fr

Haut de page