UNAF - L’UNAF engagée pour faire progresser la place des pères

Réalités Familiales n°124/125

L’UNAF engagée pour faire progresser la place des pères


13/03/2019

Illustration article

Editorial

Par Marie-Andrée Blanc, Présidente de l’UNAF

En dehors des discours sur les « nouveaux pères », on s’intéresse en fait assez peu aux pères et à leur place, qui, en deux ou trois générations, a beaucoup évolué. Pourtant, cette question cristallise des enjeux multiples : équilibre des familles, intérêt des enfants, égalité entre femmes et hommes…

Les pères sont prêts à s’impliquer plus auprès de leurs enfants

Les évolutions de la société ont transformé les familles et déstabilisé le rôle traditionnel des pères. Ces changements créent beaucoup d’attentes, et l’opportunité pour eux de réinventer leur rôle. Quand on les interroge, les pères d’aujourd’hui disent vouloir être différents de leur propre père, plus proches et plus présents pour leurs enfants. Pour les y aider, la société et
l’entreprise doivent évoluer et regarder les hommes comme des parents potentiels. Encore trop de pères n’ont pas recours aux congés auxquels ils ont pourtant droit, par peur d’être disqualifiés professionnellement ou par manque d’information. Davantage cibler les pères en entreprise est par ailleurs un levier incontournable pour plus d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et une répartition des tâches plus équilibrée au sein des familles. Les pères se sentent également perçus comme des parents « secondaires » dans d’autres sphères sociales, notamment médicales et éducatives (PMI, crèches, écoles). Former les professionnels à davantage s’adresser aux pères pourraient participer à légitimer les hommes comme parents à part entière.

Un lien père-enfant à sécuriser

Des pères plus investis et confiants dans leurs capacités parentales ont moins tendance à perdre le lien avec leur enfant. Ce lien peut se révéler, dans les faits, plus fragile que celui qui unit l’enfant à sa mère : on le voit avec les séparations conjugales, à la suite desquelles un enfant sur cinq finit par perdre tout contact avec son père. Souvent, ce délitement du lien trouve son origine dans l’éloignement géographique et la précarité : les pères les plus pauvres ont encore davantage de difficultés à se loger près de leur famille, et à recevoir leurs enfants dans des conditions décentes. Face à ces obstacles liés au logement, il faut mettre en place des politiques publiques adaptées et permettre aux pères de rendre effectifs leurs droits et l’exercice d’une paternité régulière, afin d’éviter les ruptures de liens.

Pour l’UNAF, l’ensemble des acteurs publics et privés doivent maintenant se saisir de ces questions et se mobiliser pour améliorer la place des pères. Ces préoccupations sont d’autant plus actuelles qu’elles concordent avec un véritable élan des pères : écoutons les familles et les pères et levons, enfin, les résistances qui empêchent les pères de s’impliquer dans leur vie familiale.

Retourner au sommaire


Pour commander ce numéro :

Réalités Familiales n° 124-125 : « Etre père aujourd’hui ! »
Prix : 10 € + 3,15 € de frais de traitement, à commander à l’UNAF, Service communication : 28, place Saint-Georges 75009 Paris Tél. : 01 49 95 36 00
E-mail : realites.familiales unaf.fr

Haut de page