UNAF - Le colloque Familles & école : comment recréer du lien, organisé par l’UNAF, a réuni une centaine de personnes

Le colloque Familles & école : comment recréer du lien, organisé par l’UNAF, a réuni une centaine de personnes


30/04/2019

Illustration article

Une centaine de personnes était présente au colloque sur les relations Familles / Ecole organisé par l’UNAF à Paris, le mardi 16 avril 2019, animé par Rémy GUILLEUX, administrateur de l’UNAF et Patricia HUMANN, Coordonnatrice du pôle Ecole - Petite enfance - Jeunesse". Le documentaire réalisé pour l’UNAF et l’UDAF 52 par Colette OUANOUNOU « Les parents sur les chemins de l’école » a été diffusé pour la première fois. Il retrace l’animation d’un « espace parents » dans une école de REP à Chaumont par l’UDAF 52, par ailleurs responsable du CLAS (contrat local d’accompagnement à la scolarité).

Un débat a fait suite à la projection du documentaire. Philippe MEIRIEU, Professeur des Sciences de l’éducation a introduit son intervention par un récapitulatif des relations école familles, « une histoire de continuité et de rupture ». Pour lui, il existe aujourd’hui une nécessité de nouvelle alliance, pour sortir de la « suspicion réciproque entre les familles et l’école et pour se donner des finalités communes ».

La famille et l’école ont des rôles différents mais complémentaires. Chacun a une tâche nécessaire dans l’éducation. La famille permet à l’enfant d’entrer dans le monde et d’accepter la frustration. L’école permet de « se confronter à l’altérité et à la rationalité pour accéder au savoir qui libère ». Sont aussi importants, les « tiers lieux » comme lieux d’investissement personnel qui permettent de s’engager dans un collectif pour y faire l’apprentissage de la responsabilité. Il faut rapprocher les cultures familiales et scolaires, et clarifier les attentes réciproques.

Les délégués des parents doivent être plus valorisés et les professeurs principaux doivent avoir un rôle renforcé auprès des parents, dès le collège.

Certains sujets d’actualité comme le numérique doivent faire l’objet de formation et de débats entre parents et enseignants.

Philippe MEIRIEU a conclu ainsi : « L’Ecole c’est des enseignants « citoyens » et des parents « citoyens » qui travaillent ensemble à la construction de l’avenir du commun, un chantier à la fois national et local. »

Jules DONZELOT a comparé le fonctionnement de l’école française au système anglais qui valorise davantage la place des familles dans les choix d’orientation. L’engagement parental est le premier niveau de la « pyramide des besoins » des élèves pour leur orientation. La diversification des aspirations et la découverte du monde offerte aux élèves permet de dédramatiser l’orientation auprès des parents. Dans des maisons de quartier est organisée une sensibilisation des familles aux études supérieures, faites par des étudiants et des universitaires.

Véronique RIVIERE, directrice de l’école Pajol a présenté les « Papothèques » existant depuis plus de 10 ans. Celles-ci se proposent, au vu du nombre important d’enfants allophones, de créer des groupes de parents par communauté de langue, en langue chinoise et en langue tamoule, groupes auxquels participent aussi la directrice et une psychologue formées aux relations transculturelles. L’avantage pour les parents est un accueil dans la langue qu’ils maitrisent, dans le lieu « école ». Ce premier accueil les incitent par la suite à suivre des cours de français organisés par des partenaires de l’école.

Rodrigue COUTOULY, proviseur vie scolaire auprès du recteur de l’académie d’Aix Marseille, constate des difficultés de plus en plus importantes pour les enseignants dans leurs relations avec les familles. Les enseignants souffrent d’injonctions descendantes de « travailler sur la parentalité » alors qu’en même temps, ils sont contraints par des mesures de sécurité (Vigi pirate). Il constate aussi une diminution de la représentativité des parents d’élèves dans les écoles. L’institution scolaire fait souvent objet de bouc émissaire dans le cadre d’une défiance généralisée des familles vis-à-vis de toute institution de l’état. M. COUTOULY souhaite une amélioration des surfaces de contact entre l’école et les parents d’élèves. Il reconnait la nécessité de former les enseignants mais ceux-ci manquent de temps.

Corinne HECKMAN et Manon COSTINOT ont présenté différentes enquêtes internationales faisant état des relations familles /Ecole dans les différents pays (PISA, TALIS...). La France se situe dans la moyenne, notamment dans le temps dédié aux relations des parents avec les professeurs et chefs d’établissement. Une étude montre aussi l’impact positif du temps d’échange dans la famille des parents et des enfants, sur les résultats dans les matières scientifiques.

Clotilde GRANADO, d’ATD Quart Monde, a présenté l’expérience de Grigny, concernant le « croisement des savoirs ». Enseignants d’un côté et parents de l’autre travaillent sur leurs représentations de l’école et échangent au final en croisant leurs « savoirs » (sans mélanger enseignants et parents d’une même école) pour imaginer des projets communs. Les groupes sont animés par au moins deux personnes, dont les médiatrices scolaires, les psychologues scolaires, … formées à l’animation de groupe. Le fait de participer aux ateliers permet un investissement bien plus important des parents dans la scolarité de leur enfant.

L’UDAF du Val de Marne a présenté son travail d’analyse des espaces parents dans le département (29 espaces parents dans le Val de Marne). Un recueil des bonnes pratiques a été créé ainsi qu’une lettre d’information pour les acteurs et les partenaires.

Le principal du collège Robert DESNOS, à Orly, Eric RABAZA, a présenté son espace parents depuis juin 2013 mis en œuvre au départ pour rétablir une image positive de l’établissement, dans lequel il n’y avait pas de parents d’élèves.
Des moments de convivialité ont été organisés tous les lundi après-midi réunissant une soixantaine de personne qui viennent chacune s’exprimer souvent dans leur langue. Des ateliers « apprentissage du français » ont été mis en place mais également des ateliers de remise en forme, des séances de coiffure et d’esthétisme, des ateliers de philo, des ateliers cuisines … Des soirées ont été organisées réunissant parents et enseignants sur les problématiques adolescentes : les écrans, le harcèlement, les réseaux sociaux, … Une médiatrice est en charge de faire le lien avec les parents. Elle anime aussi les ateliers parents. Ce dispositif a eu un fort impact sur le climat scolaire des établissements et une baisse de demande de dérogation a été enregistrée.

Catherine ROBINEAU a présenté son action de référente du café des parents à Villiers sur Marne. Elle a exprimé la difficulté au départ à trouver des locaux. Elle anime un café tous les mois avec souvent la présence d’intervenants extérieurs (pédo-psychiatre sur le comportement…).

L’Udaf du Bas Rhin a présenté la création par les associations familiales (AFL, Familles rurales, CDAFAL …) d’un outil de dialogue et d’échanges sur le fonctionnement de l’école et la place des parents dans l’école : le « jeu » de plateau Class’parents.

Roland GRIMAUD, directeur des MFR, a rappelé que chaque MFR se crée autour d’une association familiale. Il est demandé par ailleurs aux parents de s’engager réellement dans la formation de leur enfant. Les parents sont donc très impliqués, par exemple dans des groupes de travail sur des questions d’éducation.

Un compte rendu de la journée sera bientôt disponible et diffusé aux participants et sur le site de l’UNAF.

En rappel, le programme de la rencontre.

@ : phumann unaf.fr


PDF - 302.5 ko


Haut de page