UNAF - Adoption de la loi visant à favoriser la reconnaissance des proches aidants : des avancées à consolider

Adoption de la loi visant à favoriser la reconnaissance des proches aidants : des avancées à consolider


13/05/2019

La loi votée jeudi 9 mai 2019 répond d’ores et déjà à certains objectifs du rapport Libault, préconisés par l’UNAF lors de la participation à l’atelier « Aidants, familles et bénévolat » de la concertation grand-âge et autonomie.

Cette loi répond à 4 objectifs défendus par l’UNAF :

• L’inscription dans le champ obligatoire de la négociation collective de branche du thème de la conciliation entre vie professionnelle et rôle de proche aidant.
• Le développement d’offres de répit pour les aidants familiaux. La loi votée prévoit un élargissement de l’expérimentation de « baluchonnage » aux agents publics travaillant dans les établissements médico-sociaux publics.
• Le financement par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) d’actions d’accompagnement des aidants menées par les conférences des financeurs pour la perte d’autonomie.
• L’amélioration du suivi de l’aidant via la mention de son statut d’aidant sur le dossier médical partagé (DMP) de la personne aidée et inversement.
Cependant, il s’agit d’une première étape qui doit être consolidée.

L’UNAF s’est engagée depuis plusieurs années en faveur d’une reconnaissance du rôle majeur des aidants. La solidarité familiale, largement présente auprès des personnes en perte d’autonomie, doit être accompagnée par les Pouvoirs publics.

L’indemnisation du congé de proche aidant est une mesure cruciale afin de permettre à l’aidant familial une meilleure conciliation et un maintien de sa vie professionnelle. C’est pourquoi, l’UNAF regrette que l’indemnisation du congé de proche aidant, qui apparaissait dans la 1re version de cette loi soit absente de la version finale votée par le Parlement.

L’UNAF veillera à ce que la réforme des retraites intègre la reconnaissance des droits à la retraite des aidants familiaux. Par ailleurs, l’ouverture du crédit d’impôt famille pour les entreprises qui aident leurs salariés aidants (mentionnées dans le guide ORSE – UNAF sur les salariés aidants) reste également un point important.

L’UNAF sera donc attentive à ce que ces éléments essentiels pour la reconnaissance des aidants familiaux soient présents dans les prochains textes de loi.

Autre article dédié : relations parlementaires

@ : cbouillot unaf.fr

Haut de page