UNAF - Inauguration de la Résidence Accueil de l’Udaf de Haute-Marne

UDAF 52 - Haute-Marne

Inauguration de la Résidence Accueil de l’Udaf de Haute-Marne


26/06/2019

Illustration article

Le jeudi 2 mai dernier, a eu lieu l’inauguration de la Résidence Accueil de l’Udaf de la Haute-Marne, en présence d’ Élodie DEGIOVANNI, Préfète de Haute-Marne et de Christine GUILLEMY, Présidente de Chaumont Habitat, de l’Agglomération et Maire de Chaumont. Ce dispositif, une première sur le département. Il est destiné aux personnes souffrant de troubles psychiques. Il est le fruit d’un partenariat entre l’Udaf, Chaumont Habitat (bailleur), l’UNAFAM (Association adhérente) et l’Association GEM Le Fil d’Ariane. La Résidence Accueil se compose de 20 appartements, à ce jour, tous occupés. Environ 150 personnes étaient présentes pour partager ce beau moment, parmi eux des partenaires sociaux et financiers ainsi que les partenaires donateurs tels que la Fondation Abbé Pierre, le Rothary Club et le Fond de solidarité de la Caisse d’Epargne.

Après plus de dix ans d’attente, l’Udaf peut se réjouir de voir son projet de Résidence Accueil ouvrir enfin ses portes. La Résidence Accueil, premier dispositif de ce genre en Haute-Marne, répond à des besoins identifiés sur le territoire. Ici, nous ne parlons pas de maison-relais et faisons une réelle différence entre ces deux types de structure. Là où il y a une mixité du public dans les maisons-relais, la Résidence Accueil est destinée spécifiquement aux personnes en situation de handicap psychique « stabilisées » et inscrites dans un parcours de soin (acceptation des soins et un suivi médical).

L’objectif principal est d’offrir une solution de logement durable à des personnes qui rencontrent des difficultés d’accès au logement ordinaire du fait de leur handicap psychique. Ce lieu de vie est conçu pour permettre à ces résidents, fragiles et vulnérables, de vivre en logement autonome dans un cadre de vie semi-collectif grâce à un accompagnement social adapté et de proximité. Ici, l’idée n’est pas d’offrir seulement un logement à ces personnes, il s’agit de leur apporter un soutien quotidien grâce à la présence de deux hôtes. Ces derniers accompagnent les résidents dans les actes de la vie quotidienne tout en promouvant leur autonomie. Il n’est pas question de faire à leur place mais de les aider à retrouver des réflexes et des habitudes dans une vie d’indépendance.

Il est également question d’offrir aux résidents la garantie d’un accompagnement sanitaire et social, formalisé par des conventions de partenariats avec le secteur psychiatrique et les services d’accompagnement social (SAVS/SAMSAH). Cet étayage pluridisciplinaire est indispensable à la fois pour les résidents mais également pour les partenaires. Il est dans l’intérêt de tous de pouvoir échanger et s’apporter mutuellement des réponses en cas de difficultés dans la prise en charge des personnes.

Une ouverture provisoire : dispositif en diffus

Dans un premier temps, en Novembre 2017, le dispositif Résidence Accueil démarre de façon diffus avec une dizaine de logements proposés à travers différents quartiers de la ville de Chaumont. Les résidents présents pouvaient se retrouver quotidiennement dans un espace collectif mis à leur disposition dans le quartier de La Rochotte. De cette façon, les résidents sont arrivés les uns après les autres. Et en réalité, cette période de transition a été bénéfique pour le groupe. En effet, le collectif s’est construit progressivement et l’esprit d’entraide s’est réellement développé.

Il ne s’agit pas uniquement d’offrir un logement à un public rencontrant des difficultés d’accès au logement ordinaire du fait de leur handicap psychique. Dans ce type de structure, il est demandé aux résidents de participer au collectif, de faire partie d’un groupe et d’être dans un esprit d’entraide et de soutien. Les résidents se soutiennent entre eux et, de cette manière, réussissent à développer le concept de « Empowerment ».

Ce concept s’articule autour d’un accompagnement consistant à intervenir simultanément tant sur l’individu que sur l’environnement. Ici, nous insistons sur la place qu’occupent les personnes accompagnées : les résidents développent leur pouvoir d’agir en occupant la place centrale de leur rétablissement.

@ : ejacquot udaf52.fr

Haut de page