UNAF - Vote du projet de loi « Pour une école de la confiance » : l’Unaf a obtenu des modifications sur deux points clés

Vote du projet de loi « Pour une école de la confiance » : l’Unaf a obtenu des modifications sur deux points clés


09/07/2019

Lors d’une audition (lire en rappel) au ministère de l’Education nationale et auprès de la députée Pascale Boyer (LREM), l’Unaf a fait savoir qu’elle partageait le souhait d’une inscription obligatoire dès 3 ans (afin que les 26 000 enfants non scolarisés jusqu’à présent puissent fréquenter la maternelle) notamment parce que le langage, qui se renforce lors de la maternelle, est une des premières sources d’inégalités entre les enfants.
Mais l’Unaf tenait également à certains assouplissements et a été entendue, notamment sur deux points :

1. Concernant l’obligation d’assiduité toute la journée pour les enfants de 3 ans (article 14-6)

Nous souhaitions en effet qu’il puisse y avoir une progression pour certains enfants dans la durée journalière de scolarisation : par exemple, uniquement le matin au premier trimestre, toute la journée à partir de janvier/février, comme le font aujourd’hui les professeurs de petite section, pour s’adapter à la maturité des élèves. Certains enfants font, chez eux, des siestes très longues, ou bien n’arrivent pas à dormir à l’école… Il y a parfois un manque de locaux dans l’école pour la sieste comme le souligne un rapport 032 de IGEN de 2017. Les professeurs des écoles doivent pouvoir continuer à s’adapter à chaque enfant.

2. Concernant l’inclusion d’enfants porteurs de handicap. L’école inclusive sera en effet renforcée. Notamment, les AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap) seront embauchés en CDD de 3 ans (contre 1 an actuellement) avec un CDI à l’issue des 3 ans.

@ : phumann unaf.fr

Haut de page