UNAF - L’Unaf a rencontré le nouveau directeur général de l’enseignement scolaire, Edouard Geffray

L’Unaf a rencontré le nouveau directeur général de l’enseignement scolaire, Edouard Geffray

01/10/2019

L’Unaf, représentée par Rémy Guilleux, administrateur, accompagné de Patricia Humann, coordonnatrice du pôle « Ecole - Petite enfance - Jeunesse », a rencontré le nouveau DGESCO, Edouard Geffray, le mardi 24 septembre.

Les principaux dossiers évoqués par l’Unaf ont porté sur :

  • l’instruction obligatoire à 3 ans,
  • l’importance pour l’Unaf, des relations familles Ecoles,
  • la réforme du lycée et la notion de groupe classe,
  • l’offre de spécialités en classe de 1re et Terminale en milieu rural.

Edouard Geffray a réaffirmé l’importance de la scolarisation de tous les enfants à 3 ans. 30 000 enfants de 3 ans étaient non scolarisés jusqu’à présent. Ce chiffre n’est pas négligeable puisqu’il représente tout de même la population d’un département comme l’Oise.

Un comité de suivi de la réforme du lycée sera mis en place pour améliorer l’organisation notamment concernant les conseils de classe. L’offre de spécialité a permis d’améliorer la couverture en proposant une palette plus large de 3 à 4% de spécialités en milieu rural. Le CNED va par ailleurs proposer des spécialités non suivies par le lycée.

Une des priorités de l’année va être, pour la DGESCO, d’élaborer un travail avec l’université et les grandes écoles pour une bonne intégration des nouveaux profils de bacheliers qui seront plus diversifiés.

Le supérieur va devoir évoluer dans le sens d’une plus grande diversité des parcours. La DGESCO est consciente du fait que c’est une préoccupation des familles. Les pré-requis attendus pour chaque filière vont être listés afin de rassurer les élèves et leurs familles. L’idée est de constituer des familles de métiers comprenant telle ou telle spécialité.

La DGESCO a fait part des retours positifs concernant le dédoublement des classes de CP/CE1. Cela concerne aujourd’hui 300 000 enfants et les réactions des enseignants de CE2 sont particulièrement positives concernant le comportement des enfants qui se retrouvent davantage en confiance.

Les évaluations de février par rapport à septembre en CP montrent, par ailleurs, une forte réduction des écarts entre les écoles prioritaires et les écoles non prioritaires.
L’évaluation de début de CE1 en 2019 pourra permettre de comparer avec 2018.

L’Unaf a, par ailleurs, interrogé le DGSCO concernant les établissements des savoirs fondamentaux prévus initialement dans la loi pour une école de la confiance. Edouard Geffray a expliqué qu’il s’agissait d’une volonté de renforcer la coopération entre écoles et collèges, en milieu semi-rural, afin de maintenir un réseau territorial dynamique, en travaillant ensemble autour d’un projet. Il n’était en rien question de supprimer les directeurs d’école. La coopération devait permettre une structure administrative plus étoffée. L’Unaf a, par ailleurs, fait part de l’action des Udaf concernant l’animation des espaces parents. Edouard Geffray a affirmé sa volonté de soutenir ce rapprochement des parents de l’école.

@ : phumann unaf.fr

Haut de page