UNAF - Pjm Uraf Occitanie : visites Ad-Choisir/Erasmus+ en Occitanie

Pjm Uraf Occitanie : visites Ad-Choisir/Erasmus+ en Occitanie


16/10/2019

Ce projet réunit des organismes allemands, espagnols, luxembourgeois et slovaques dans le but de recueillir les bonnes pratiques, former les professionnels et accompagner le choix des personnes vulnérables en accord avec la Convention des Nations Unies. A cet effet, des délégations de professionnels ont visité, pendant la semaine du 16 au 20 septembre, plusieurs structures régionales spécialisées dans l’accueil et l’inclusion des personnes handicapées.

Les services des Udaf de la région Occitanie se sont enrichis du partage de nombreuses expériences tant à Gérone qu’à Berlin et dans la région. Les nombreux dispositifs présentés ne peuvent que nous encourager à être créatifs dans les solutions que nous proposons aux personnes protégées. Les rencontres entre les équipes et les personnes protégées nous invitent à faire davantage confiance, à adapter notre approche, et à prendre en compte les capacités, plutôt que limiter notre regard aux troubles et aux difficultés.

Nous commençons à ressentir les effets de ce travail dans nos associations. La sensibilisation des équipes aux exigences de la Convention internationale des droits des personnes handicapées (CIDPH) va au-delà des personnes qui ont participé aux échanges. En rentrant dans leurs associations et fondations, ils ont tous eu à cœur de sensibiliser leurs collègues et leurs équipes aux exigences de la CIDPH, accompagner à la prise de décision plutôt que de décider pour la personne. Beaucoup de freins et d’interrogations persistent, mais les échanges montrent que des pistes se dessinent.

Les visites et rencontres de cette semaine ont rappelé aux participants que l’on n’accompagnait pas une personne toute seule, et que les principes de la CIDPH devaient être partagés par nos partenaires et nos concitoyens. Aucun projet ne peut être mené seul. D’autres associations, des mairies, des personnels soignants sont toujours mobilisés autour des personnes, et il est important de partager les mêmes valeurs, de fonctionner en réseau. Développer la connaissance de la CIDPH au sein des structures et auprès des partenaires est essentiel si on souhaite la rendre effective.

Dès le début, nous avons souhaité montrer la nécessité de faire participer les personnes protégées, non pas juste pour l’évaluation des dispositifs, mais aussi très en amont, au moment de leur conception.

Le partenariat, la réflexion commune et les valeurs partagées sont donc essentiels. Cela demande du temps, de l’écoute, des échanges réguliers, de la proximité, et la prise en compte de l’environnement et des capacités de la personne accompagnée.

Enfin, les rencontres de la semaine ont mis en avant l’importance de la participation réelle des personnes protégées. La participation de la personne à sa mesure est fondamentale. Mais il est possible d’aller au-delà, et de faire participer les personnes aux décisions qui concernent le service. Les personnes rencontrées nous invitent à aller encore plus loin, et à accompagner certaines personnes à s’engager, non plus sur leur cas personnel ou pour une association dont ils sont usagers, mais pour faire avancer une question sociale ou politique qui leur tient à cœur jusqu’aux Nations Unies.

Partenariat, confiance, citoyenneté… ce ne sont que quelques-uns des leviers qui peuvent rendre plus concrète la mise en œuvre de la CIDPH. Il reste encore beaucoup à partager, et en particulier à travers les rencontres au Luxembourg et en Slovaquie et peut-être un jour la Suède sur la question de la prise de décision.

uraf.occitanie uraf76.unaf.fr

Haut de page