UNAF - Présentation du rapport de l’IGAS relatif aux interventions de protection de l’enfance à domicile : l’Unaf avait été auditionnée

Présentation du rapport de l’IGAS relatif aux interventions de protection de l’enfance à domicile : l’Unaf avait été auditionnée


28/01/2020

Gilles Morel, Président de l’Udaf d’Ille-et-Vilaine, a représenté la Présidente de l’Unaf, Marie-Andrée Blanc, le 20 janvier dernier, lors de la présentation du rapport de l’IGAS relatif aux interventions de protection de l’enfance à domicile. Cette rencontre s’est tenue en présence du Ministre, Adrien Taquet.

Cet évènement s’est déroulé à l’Hôtel du Département, en présence Jean-Luc Chenut, Président du Département d’Ille-et-Vilaine, et d’Adrien Taquet, Secrétaire d’État chargé de la protection de l’enfance. Il vient conclure une démarche de consensus menée par Geneviève Gueydan, membre de l’inspection générale des affaires sociales, qui s’est traduite par de nombreuses auditions au printemps 2019 et par l’organisation d’un débat public, le 11 octobre. + Lire

L’Unaf, qui avait été auditionnée et qui avait transmis de nombreux documents à la mission, se félicite de la qualité des travaux et des nombreuses références à la MJAGBF, même si elle regrette l’absence de recommandations pour la développer. Note Unaf en rappel.

Les experts consultés rappellent notamment l’importance des actions concrètes menées auprès des familles, dont la MJAGBF. Ils estiment que celles-ci, basées sur des « objets concrets partagés » où l’on s’entend avec la famille sur des « modalités pratiques », sont souvent plus efficaces que les actions basées sur la « prise de conscience » et un objet commun « parlé ».

Un tel constat recoupe les orientations de l’Unaf et des Udaf qui, tout en recherchant la complémentarité des interventions, ont toujours soutenu prioritairement ce que les experts nomment le « faire-devenir acteur » sur le « faire devenir conscient ». Le travail pratique avec la famille est un élément clé de l’intervention à domicile en protection de l’enfance, comme l’a rappelé Gilles Morel lors de cette rencontre.

L’Unaf regrette en revanche que la MJAGBF, qui illustre particulièrement ce type d’approche, ne fasse l’objet d’aucune recommandation spécifique de la part de la mission. De même, le rapport présente quelques erreurs et imprécisions qui amoindrissent la portée du propos.

A titre d’illustration, notons pour exemple le tableau comparatif du coût de chaque mesure et prestation. Rappelons qu’à la différence des autres interventions à domicile, on ne prononce pas une mesure par enfant mais par famille. Ainsi le coût de la mesure AGBF, pour être comparée aux autres mesures, aurait dû être ramené au nombre moyen d’enfants par famille. Le nombre d’enfants par famille étant d’environ 3, son coût par jour et par enfant est ainsi inférieur à 4 euros, et non de 11 euros comme indiqué dans le rapport (voir p. 56-57), ce qui en fait l’intervention à domicile la moins coûteuse.

Rapport

@ : dpioli unaf.fr


PDF - 4.3 Mo



PDF - 2.3 Mo



PDF - 567.3 ko


Haut de page