UNAF - Mettre l’écologie familiale au cœur des territoires pour réussir les transitions en cours

Mettre l’écologie familiale au cœur des territoires pour réussir les transitions en cours

02/04/2020

L’Unaf a rencontré la Ministre, Brune Poirson, suite à la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire : pour l’Unaf, il faut mettre l’écologie familiale au cœur des territoires pour réussir les transitions en cours.

Economie circulaire : vers un défi de sobriété générale dans les comportements de consommation des familles

L’Unaf, représentée par Dominique Allaume-Bobe, administratrice en charge du Développement Durable et Simone Sitbon, chargée de mission, a été reçue le 12 mars dernier par Brune Poirson, Secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, suite à la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire. La Ministre était accompagnée de son conseiller Pierre-Yves Burlot.

Deux autres associations nationales de consommateurs, la CLCV et l’UFC-Que choisir ainsi que la cheffe du service juridique de l’INC étaient présentes à cette rencontre.

Brune Poirson a souhaité l’implication de nos associations à la mise en oeuvre de la loi et de ses 150 décrets et arrêtés attendus pour la majorité d’entre eux avant l’été.

Les interrogations de la ministre ont porté sur les points qui sont essentiels pour l’Unaf et sur la méthode de travail pour amender en amont les textes réglementaires.

Dominique Allaume-Bobe a rappelé que l’Unaf soutient ce texte dans son ensemble car il marque un changement de paradigme pour notre société mais l’Unaf reste toutefois réservée sur la consigne pour recyclage des bouteilles plastiques.

L’Unaf sera aux côtés des pouvoirs publics pour promouvoir la sobriété dans les comportements de consommation afin d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 et pour permettre de sortir du « tout jetable » très préjudiciable pour notre santé, nos ressources naturelles et nos océans.

C’est un défi de taille au quotidien pour les familles qui nécessite beaucoup de pédagogie (campagnes nationales et locales de communication), d’outils d’accompagnement (par exemple : ambassadeurs du tri...) et d’aides à la décision sans oublier l’accès à des données fiables pour pouvoir faire des choix en toute connaissance de cause.

Pour l’Unaf, il s’agit de mettre l’écologie familiale au cœur des territoires pour réussir les transitions en cours. Les trois titres de la loi portant sur la prévention de la production des déchets, l’information des consommateurs (indice de réparabilité et disponibilité des pièces détachées), le réemploi et la réutilisation, sont bien des piliers majeurs qui fondent une économie circulaire durable et qui retiennent depuis longtemps toute notre vigilance.
Attention néanmoins à ne pas faire peser tout sur les épaules des consommateurs.

Les professionnels ont la responsabilité de proposer des produits et services mieux éco-conçus, véritables alternatives, qui répondent à leurs attentes. Un point important pour les familles, éviter les matières dangereuses telles que les perturbateurs endocriniens.

L’Unaf a rappelé qu’elle est en attente de la sortie du texte sur le Conseil National de l’Economie Circulaire qui doit remplacer le Conseil National des Déchets, dont elle était membre. Son rôle devrait être entre autres, le suivi et l’évaluation de la loi avec ses textes réglementaires.

Enfin, l’Unaf a insisté sur la dimension européenne avec la publication du « Pacte vert », le programme écologique de la nouvelle Commission européenne, qui devrait permettre d’aller vers une harmonisation des pratiques dont celle du tri sélectif pour plus d’efficacité.

@ : ssitbon unaf.fr

Haut de page