UNAF - Rôle des parents face à l’hécatombe des jeunes sur la route

Colloque

Rôle des parents face à l’hécatombe des jeunes sur la route

10/10/2005

L’UNAF a assisté, le 4 octobre 2005, en présence du délégué Interministériel à la Sécurité routière et du Délégué général de la Prévention routière, au colloque initié par la sécurité routière consacré au rôle des parents face à l’hécatombe des jeunes sur la route.

Ce colloque a été ponctué par de multiples interventions et échanges d’expériences. En effet, prenaient part à cette rencontre, des représentants de la prévention routière, des assurances, d’un responsable d’établissement scolaire, des représentants de parents d’élèves, de l’association de Familles Rurales ...

Un point a été fait sur les nouveaux apprentissages délivrés aux élèves du primaire et du collège.

http://eduscol.education.fr/D0160/c04_05securoutlivret.pdf

Des tables rondes ont ensuite permis de confronter les points de vue et d’apporter des précisions sur les conduites observées notamment en matière d’accidentologie.

Des chercheurs spécialistes et experts reconnus de l’enfance et de l’adolescence ont ainsi pu, au cours d’échanges, répondre aux interrogations suscitées par l’accidentologie des jeunes (temporalité, genres, rôle des pairs et pression du groupe, perceptions du risque de vitesse excessive selon la date d’obtention du permis, influence des sanctions, intentions de transgressions, âges de l’autonomie) ainsi que sur leurs attitudes actuelles.

D’autres point ont été abordés tels que :

  • le rôle des stupéfiants associés à l’alcool ou pris isolement,
  • les « sur-risques » du samedi soir pris notamment pour les jeunes conducteurs ;
  • le rôle des parents dans la hiérarchie du respect des règles, leur influence dans la transmission et l’importance de l’exemplarité : à ce sujet, si le rôle des parents a été reconnu pour les âges d’entrée dans l’autonomie, il est néanmoins à accompagner et à soutenir dans ce domaine.

Il convient de maîtriser l’agressivité des jeunes au travers d’activités ; les moyens de pacification sociale des mœurs sont à mieux faire valoir, ainsi que les volets éducatifs et préventifs.

En milieu rural, le niveau de sécurisation des enfants demande également à être amélioré par entre autres, l’apprentissage et l’utilisation des « bons gestes » en voiture.

A la demande des participants, une réflexion sera menée ultérieurement sur l’utilisation des deux roues.

A noter que La Semaine de la sécurité routière aura lieu du 17 au 24 octobre et sera consacrée aux petits trajets quotidiens.
Consulter le site

Haut de page