UNAF - Second rapport d’étape de la mission Guedj : il est essentiel, pour l’Unaf, que les résidents des Ephad puissent rencontrer leurs familles ou des proches

Second rapport d’étape de la mission Guedj : il est essentiel, pour l’Unaf, que les résidents des Ephad puissent rencontrer leurs familles ou des proches


21/04/2020

Jérôme Guedj a publié début avril un premier rapport d’étape avec 42 recommandations comme la mise à disposition d’outils très concrets pour faciliter la mobilisation des maires et des conseils départementaux, pour maintenir le lien social dans cette crise , ou encore l’identification des ressources permises par les nouvelles technologies et les acteurs de la silver économie pour soutenir les aidants et professionnels du soin et de l’accompagnement à domicile et en établissement.

Forts de ces premières mesures, les travaux de la mission ont continué et ont abouti à la rédaction d’un second rapport d’étape visant à établir des recommandations destinées à permettre à nouveau les visites de familles et bénévoles dans les Ehpad tout en garantissant un équilibre entre la nécessaire protection des résidents et le rétablissement du lien avec les proches. Ce rapport a été remis au ministre de la santé quelques heures avant l’annonce par le Premier ministre du rétablissement des visites des familles dans les établissements accueillant les personnes âgées.

Après avoir expliqué le fondement de la décision du gouvernement le 11 mars de suspendre les visites des familles dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, le rapport Guedj fait état du caractère obligatoirement temporaire de cette mesure au vu des effets délétères qu’elle peut entraîner pour les personnes âgées (apathie, déprime, syndrome de glissement,…) et leurs familles.

Le rapport conclut donc à la nécessité du retour des familles, voire des bénévoles, dans un cadre préparé au sein de chaque établissement. Pour cela il préconise une vingtaine de recommandations organisationnelles et opérationnelles.

En partant de la volonté du résident, le rapporteur recommande de recueillir la demande de la famille, proches et tuteurs. Ce paragraphe est particulièrement intéressant puisque le rapport donne la définition de ce que l’on entend par
« famille » (on entendra par « famille » la famille au sens civique du terme mais aussi par extension ceux et celles que les résidents ont pu définir comme telle dès leur entrée (notamment via le recueil de vie à l’entrée ou lors de la visite de préadmission, les coordonnées des personnes à prévenir, définition de la personne de confiance etc.). Ceux-ci appelés « proches » sont aussi considérés comme tels en ce qu’ils font office de « famille » » lorsque celle-ci n’existe pas ou est trop éloignée, ou enfin estimés comme « proche » par consensus familial historique.

Un point important pour l’Unaf la question des tuteurs est abordée puisque le rapport souligne que les tuteurs, du fait de leurs missions d’accompagnement dévolues par la loi et le juge des tutelles, doivent être autorisés à visiter leurs « protégés » résidents.

Les 20 recommandations organisationnelles et opérationnelles doivent permettre de :

• Recueillir et entendre les besoins et les attentes des résidents
• Recueillir la demande de la famille, proches et tuteurs : visite sur rendez-vous uniquement, après accord de l’établissement
• Signature d’une charte par les visiteurs
• Associer à cette démarche l’ensemble de la communauté de l’Ehpad, c’est à dire les instances représentatives du personnel et conseil de la vie sociale (CVS)
• Requérir que le visiteur soit majeur, sauf en cas de fin de vie
• Limiter le nombre de personnes pour les visites dans les espaces de convivialité et en extérieur et à une personne maximum pour les visites en chambre
• Donner la priorité dans un premier temps aux résidents pour lesquels le confinement a un fort impact sur la santé physique et mentale
• Ouvrir progressivement les possibilités de visite à tous les résidents
• Proposer une rencontre durant 30 minutes à 1 heure
• Permettre des visites tous les quinze jours et tendre vers une par semaine
• Enregistrer toutes les visites dans un registre ad hoc
• Mettre en place les moyens humains bénévoles, formés, nécessaires à l’organisation et à l’encadrement des visites, c’est-à-dire des pompiers volontaires, la protection civile, la Croix-Rouge, ainsi que des associations intervenant au préalable dans l’établissement.
• Avoir une réflexion sur l’accompagnement psycho-social des résidents avant et après les visites
• Garantir le respect des gestes barrières et mesures de distanciation sociale
• Garantir une double circulation et faire en sorte qu’à aucun moment visiteurs et résidents ne se croisent dans la structure.

L’Unaf est satisfaite de la reprise des visites dans les établissements, car il est primordial de pouvoir maintenir au maximum le lien social entre la personne âgée et sa famille.

L’Unaf a souligné le caractère délétère que pouvait avoir cette mesure stricte de confinement sur le moral des personnes âgées et sur celui de leurs familles. Néanmoins, elle comprend que ce lien doit s’organiser dans un cadre garantissant la sécurité sanitaire des résidents, des familles et des professionnels des Ehpad.

Pour l’Unaf, il est essentiel que les conseils de la vie sociale (CVS), dans lesquels siègent des représentants des familles, soient associés au choix des organisations qui seront déployées et que les décisions prises soient expliquées régulièrement à l’ensemble des familles concernées dans le cadre d’un dialogue permanent. Cette demande va dans le sens de la réponse du 30 mars 2020 du CCNE à la saisine du ministère des solidarités et de la santé sur le renforcement des mesures de protection dans les EHPAD et les USLD, qui rappelait la nécessité d’associer les familles à la prise des décisions à forts enjeux éthiques.

Source  : Recommandations destinées à permettre à nouveau les visites de familles et de bénévoles dans les EHPAD : Concilier la nécessaire protection des résidents et le rétablissement du lien avec les proches Rapport d’étape n°2 remis à Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé par Jérôme Guedj, le 18 avril 2020

Premier rapport d’étape
Second rapport d’étape

Haut de page