UNAF - L’Udaf a interpellé la presse et les parlementaires du département sur la situation des Services Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs face au COVID 19

L’Udaf a interpellé la presse et les parlementaires du département sur la situation des Services Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs face au COVID 19


29/04/2020

Marlène Simier, Directrice de l’Udaf 22 et Présidente du GESTO (groupement des services tutélaires du Grand Ouest) a interpellé la presse et les parlementaires du département sur la situation des Services Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs face au COVID 19.

L’Udaf 22 assure une continuité de service depuis le début du confinement, même si l’accueil est fermé au public, que les déplacements des professionnels sont suspendus, que la majorité des salariés est en situation de télétravail et que 20 % du personnel est encore présent sur site.

Très vite, l’Udaf a alerté la DDCS 22 et le Procureur de la république sur ses inquiétudes liées aux contrôles des personnes protégées et, de concert avec la DDCS 22, tient à jour un observatoire des contraventions afin de relayer les contraventions injustifiées et de les contester.

Les difficultés auxquelles l’Udaf a dû faire face :

l’Udaf s’est assurée du maintien des passages d’infirmiers, d’aides ménagères, de portage de repas en lien avec les mairies… Elle a pris le temps d’expliquer aux usagers les consignes sanitaires nécessaires à leur sécurité en leur diffusant les documents FALC.

Un travail en commun a été mené entre l’Udaf et l’autorité de tarification sur :

  • Le rappel à l’ordre des grandes surfaces ou commerces de proximité qui ne prenaient plus les paiements en espèces,
  • Les sorties d’hospitalisation des personnes protégées des établissements alors qu’il est impossible, en période de confinement, de trouver d’autres solutions d’hébergement.

Les constats :

Le Ministre de l’intérieur a mis en avant la continuité de service nécessaire pour les activités ne pouvant être interrompues notamment l’assistance aux personnes vulnérables. Toutefois, les services du médico-social, notamment les services MJPM, sont peu reconnus des pouvoirs publics alors qu’ils sont eux aussi sur les devants de la scène (pas de masques ni de gants à disposition, pas de relais pour les gardes d’enfants...).

Les enveloppes budgétaires des services sont en baisse, alors que l’activité augmente et que les professionnels ont en charge bien plus de dossiers qu’ils ne devraient en avoir (en moyenne 23% de dossiers en plus que les ratios classiques).

Les parlementaires costarmoricains se sont saisis du sujet et demeurent en lien avec l’Udaf afin de rester informés de l’évolution de la situation.

Haut de page