UNAF - L’Unaf se positionne favorablement à la reprise des aides exceptionnelles aux EAJE et MAM par la CNAF

L’Unaf se positionne favorablement à la reprise des aides exceptionnelles aux EAJE et MAM par la CNAF


14/10/2020

L’Unaf se positionne favorablement à la reprise des aides exceptionnelles aux EAJE et MAM par la CNAF

Mardi 6 octobre, une commission d’action sociale extraordinaire s’est réunie à la CNAF pour statuer sur les modalités de maintien des aides exceptionnelles aux places fermées ou non, pourvues dans les équipements « petite enfance ». L’Unaf, qui a de nouveau salué la rapidité et la pertinence des aides mises en place lors du confinement, a voté favorablement une reprise des aides à compter du 1er septembre et ce jusqu’au 31 décembre 2020.

Ainsi, les Mam et les Eaje sont éligibles à l’aide aux places fermées en cas de fermeture totale ou partielle de l’équipement en raison du Covid en cas d’absence d’un enfant identifié « cas contact » par l’assurance maladie.

Les montants d’aide applicables sont ceux en vigueur durant la période de confinement, à savoir :

  • 27 € par jour et par place, dans les Eaje employant du personnel de droit public ;
  • 17 € par jour et par place, dans les Eaje employant du personnel de droit privé ;
  • 3 € par jour et par place, dans les Mam.

À noter cependant que les EAJE font face à des situations inédites et la seule prise en compte des « cas contact » dans l’attribution des aides peut, à terme, déstabiliser financièrement les structures.

En effet, les suspections d’un membre de la famille peuvent écarter pendant plusieurs jours des enfants, sans pour autant entrer dans la dénomination de « Cas contact ». De même, les demandes des parents semblent évoluer avec le télétravail et le chômage partiel (baisse de l’amplitude horaire, suspension de contrat,…) et entraîner des baisses du taux d’occupation des EAJE.

Sur ce point, l’Unaf appelle ses représentants familiaux dans les CAF à la nécessité d’étudier les demandes d’aides financières d’établissements en difficulté. La CNAF invite d’ailleurs les CAF à identifier ces structures et selon le diagnostic, à mobiliser le fonds publics et territoires (axe 5).

L’Unaf a également soulevé la nécessité d’engager une réflexion sur l’adaptation des modes d’accueil aux évolutions des modes de travail suite à la crise du Covid-19. En effet, les besoins des familles ont évolué et on note une baisse des taux de remplissage en crèche, mais également chez les assistants maternels.

À noter que ces mesures sont également ouvertes aux micro-crèches Paje. Sur ce point, l’Unaf s’est associée aux autres membres de la commission d’action sociale pour porter une motion visant à rappeler que la mesure exceptionnelle de soutien aux micro-crèches Paje et aux Mam adoptée dans le contexte de la crise sanitaire peut être portée par le FNAS, pour des raisons pratiques, mais pas supportée par ce Fonds.

@ : smartin unaf.fr - phumann unaf.fr

Haut de page