UNAF - L’Assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental s’est tenue

L’Assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental s’est tenue


02/02/2021

Illustration article

L’Assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental, s’est tenue les 26 et 27 janvier 2021. A l’ordre du jour, étaient inscrites les questions suivantes :

  • Plan de relance et déclinaison territoriale dans les Outre-mer
  • Climat, neutralité carbone et justice sociale - avis du CESE sur le projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets.

Plan de relance et déclinaison territoriale dans les Outre-mer

Les Outre-mer sont confrontés à des problématiques particulières dues à plusieurs facteurs intrinsèques de nature géographique et socioéconomique. Ces territoires sont très souvent dépendants de la circulation des flux touristiques et de marchandises. Ils subissent dès lors de plein fouet la crise liée à la pandémie de la Covid-19. Le présent avis pour répondre à la saisine du Gouvernement de la déclinaison territoriale du Plan de relance fait utilement le lien avec la loi Egalité réelle outre-mer de 2017, qui définit le cadre de cette déclinaison pour les politiques publiques de la Nation dans chaque territoire. Il est important que cette déclinaison s’inscrive dans une concertation et une implication des acteurs locaux.

Le Groupe de l’Unaf soutient particulièrement les préconisations tenant à l’investissement dans les femmes, les hommes et les familles et permettant l’accès de toutes et tous aux droits fondamentaux.

L’avis souligne la question démographique avec une natalité élevée dans certains territoires et une pression migratoire. Une telle évolution nécessite d’être accompagnée avec un investissement massif dans l’éducation. C’est l’avenir de ces territoires qui est en jeu et pour certains d’entre eux comme Mayotte leur sécurité intérieure. Le Président de l’Udaf de Mayotte a alerté sur ce point le Ministre Adrien Taquet lors de son déplacement à Mayotte à l’automne dernier ainsi que dernièrement devant le Conseil d’administration de l’Unaf.

Une déclinaison à mettre en œuvre tient au secteur du logement avec son potentiel de développement durable alliant étroitement le social, l’écologique et l’économique. Le déficit en logements sociaux, l’habitat indigne et le vieillissement du parc sont particulièrement préoccupants dans les Outre-mer. La Loi EROM, face à l’importance du sujet pour les familles, a fixé un objectif de 15 000 constructions ou réhabilitations par an pour la période 2017-2027. Cet objectif doit être repris dans le Plan de relance en réduisant le carcan normatif pour influer sur les coûts de construction, utiliser des matériaux de construction locaux et adapter les logements aux besoins des habitants.

Enfin, l’avis alerte à juste titre sur la pauvreté liée à la crise sanitaire qui frappe les familles nombreuses ou monoparentales, les jeunes, les travailleurs précaires, les chômeurs et les personnes vivant de l’économie informelle en insistant sur le rôle indispensable des associations familiales.

Le Groupe de l’Unaf a voté l’avis.

Climat, neutralité carbone et justice sociale - avis du CESE sur le projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets

Une seule question pertinente pour l’Unaf : ce projet de loi sera-t-il suffisant ?

Le projet d’avis alerte en précisant que les nombreuses mesures du projet de loi sont en général pertinentes mais souvent limitées, différées et soumises à des conditions telles que leur mise en œuvre est problématique. Ce point est d’importance pour les familles car face à l’insuffisante anticipation, les mesures à prendre auront des impacts sociaux de plus en plus difficilement soutenables. Une fois encore l’acceptabilité sociale des mesures à prendre est interrogée et doit être travaillée bien en amont en concertation avec la société civile organisée.

Le Groupe de l’Unaf tient à s’arrêter sur certaines préconisations en lien avec les réalités de vie quotidienne des familles tenant aux deux domaines « se loger », et « se déplacer ».

Pour la rénovation des logements, il faut des mesures incitatives afin que les propriétaires engagent des travaux. Il faut concevoir dès le départ une rénovation globale permettant d’atteindre le niveau BBC rénovation, sans augmentation excessive des coûts et des loyers. Ce sont de nouvelles techniques, de nouveaux métiers qui émergent avec un vivier d’emplois à la clé mais cela suppose de nouvelles compétences pour les artisans et leurs salariés. Un accompagnement des familles habitant dans ces logements est également à prévoir. Vivre dans un logement BBC nécessite les bons gestes, les bons comportements pour une sobriété énergétique pleinement assumée.

Dans le chapitre « se déplacer », le Groupe de l’Unaf regrette le retrait des mesures relatives aux plans de déplacement d’entreprise –PDE- du projet de loi. En France, 220 000 heures seraient perdues chaque jour dans les encombrements, avec de graves conséquences sur le cadre et la qualité de vie des personnes, sur l’activité des entreprises et sur la planète. Les PDE rationnalisent l’organisation des déplacements pour limiter le recours à la voiture individuelle et favoriser le développement des offres alternatives. Il devient urgent d’en mesurer les effets et d’accroître leur efficacité.

Le Groupe de l’Unaf a voté l’avis.

Haut de page