UNAF - Nouveaux médias : vers un gouffre entre les générations ?

Etude

Nouveaux médias : vers un gouffre entre les générations ?

30/06/2006

9000 jeunes de 12-18 ans venant de 9 pays de l’Union Européenne et du Québec ont répondu entre septembre 2005 et mars 2006 à l’enquête Mediappro sur l’éducation aux médias lancé par la Commission Européenne dans le cadre du plan « Internet plus sûr ».

Le résultat de cette grande enquête vient d’être publié par le CLEMI (Centre de Liaison et d’Etudes de Moyens d’Information) du Ministère de l’Education Nationale.

A la maison plus qu’à l’école !

Concernant la France, il apparaît qu’en cinq ans, la relation des 12-18 ans à l’Internet et aux médias électroniques s’est beaucoup transformée. C’est la maison qui est le lieu d’appropriation et d’expérimentation par excellence. L’école semble trop encadrer et limiter les pratiques au point de les rendre quasiment impossibles.

Ainsi apparaît le fait que les jeunes ne trouvent pas de réponse satisfaisante à l’aide et aux conseils qu’ils souhaiteraient pour mieux utiliser les médias électroniques, développer de nouvelles compétences, comprendre les mécanismes à l’œuvre dans la recherche et la production de l’information en ligne et dans la communication à distance.

Leur aisance dans l’utilisation des médias électroniques s’est construite par tâtonnements et par les échanges entre amis. Leurs pratiques se sont massivement généralisées entre pairs et dans la vie quotidienne en s’organisant autour de deux pôles : La fréquentation de sites (en grande partie pour le travail scolaire) et la communication à distance par tous les moyens disponibles (principalement : téléphone portable, messagerie instantanée)

Des jeunes confiants

Bien que très peu ont vécu directement de mauvaises expériences, les 12-18 ans se révèlent très majoritairement conscients des risques présentés par l’Internet et la communication électronique. C’est la télévision et non les parents ou l’école, qui leur a permis de se construire une culture de ces risques qu’ils vivent comme des nuisances. Ils comprennent bien qu’ils faut des règles, des limitations, des interdictions et sont disposés à les accepter à condition qu’elles soient explicitées et qu’elles leurs permettent de concilier la vie familiale et leur vie sociale avec leur réseaux d’amis et de copains. Ils sont confiants dans leurs parents et l’école pour cet enseignement civique espéré.

Quel sursaut éducatif ?

Malgré leurs pratiques importantes, il s’avère que ces jeunes de 12-18 ans sont moins compétents qu’ils ne pensent, qu’ils ne le disent et que les adultes eux-mêmes se plaisent à le penser. Ils ont besoin d’approfondir des capacités qui sont aujourd’hui trop superficielles et surtout de comprendre les impacts sociétaux de l’évolution rapide de l’environnement technologique et médiatique dans lequel ils vivent au quotidien.

Les résultats obtenus dans les autres pays européens confirme l’existence constatée en France d’un fossé entre les usages de l’internet à la maison et à l’école. Dans tous les pays, ce fossé s’élargit termes de fréquence d’utilisation, d’accès, de régulation, d’apprentissage, d’activité, et de développement d’aptitude.

Alors que l’environnement médiatique électronique est en train de structurer les relations interpersonnelles des jeunes et leur relation au monde, l’école ne favorise pas l’acquisition de savoirs et de compétences critiques et créatives et les parents sont dans ce domaine en retrait parce qu’ils disposent pas d’une expérience culturelle et technique de ces technologies.

Le CLEMI n’hésite pas à alerter sur ce sujet : C’est un gouffre qui s’ouvre entre le monde adulte et celui des jeunes, entre la maison et l’école. Placés en situation d’auto-apprentissage d’un monde nouveau, les jeunes de 12-18 ans apparaissent relativement conscients et en attente d’une part d’un sursaut éducatif de la part des adultes, et d’un dialogue intergénérationel capable de donner des repères et un sens à l’âge des médias électroniques...

Pour rappel, l’UNAF et le CIEM collaborent avec le CLEMI de longue date, notamment pour toutes les réflexions et actions portant sur l’éducation aux médias.

L’étude Médiappro : http://www.clemi.org/international/mediappro/Mediappro_light.pdf

Haut de page