UNAF - Juin 2003 : Où en est l’entrée des français dans la société de l’information ?

CISI 2003 - Enquête

Juin 2003 : Où en est l’entrée des français dans la société de l’information ?

10/07/2003

Le Gouvernement avait souhaité en novembre 2002, à l’occasion de la présentation du plan gouvernemental RESO 2007, mieux comprendre les raisons du retard français en matière d’équipement en micro-ordinateurs. L’étude commandée par Mme Nicole Fontaine, ministre déléguée à l’Industrie, à l’Institut CSA-Opinion a servi de base aux travaux du Comité Interministériel pour la Société de l’Information du 10 juillet 2003 et orienté une partie des mesures annoncées.

Les résultats de ce sondage sont disponibles sur le site www.telecom.gouv.fr . Les principaux enseignements sont les suivants :

42% des ménages sont aujourd’hui équipés d’un ordinateur

En termes d’équipement, 42% des ménages sont aujourd’hui équipés d’un ordinateur, contre seulement 35% voici un an. La barre des 10 millions de ménages disposant d’un ordinateur à domicile a été franchie au cours du premier trimestre 2003 (10,5 millions à la fin du premier trimestre). En un an, ce sont donc 20% de ménages supplémentaires qui se sont équipés, ce qui constitue une accroissement significatif puisqu’en 2001/2002 la croissance avait été de 11% sur la même période.

En termes de connectivité, 28% des ménages ont à domicile un micro-ordinateur disposant d’un accès Internet, soit deux fois plus que le nombre de ménages possédant un Minitel. Il est d’ailleurs significatif de constater qu’en moyenne, 40% des Français se connectent quotidiennement à Internet à titre professionnel ou personnel, alors qu’ils ne sont plus que 2% dans le cas du Minitel. Le basculement vers le Web est donc une réalité indéniable même si ce chiffre reste encore en deçà des niveaux observés dans les pays européens les plus en avance dans ce domaine.

En termes d’usage, les ménages français se déclarent dans leur majorité (51% des ménages interrogés) intéressés par le micro-ordinateur et l’utilisation que l’on peut en
faire. 37% d’entre eux estiment même qu’il est indispensable dans la vie quotidienne.

Les Français reconnaissent de nombreux usages à l’ordinateur domestique : le développement des connaissances et la formation constituent pour 66% des ménages l’application la plus utile de l’ordinateur, alors que seulement 25% y voient un outil permettant, par le biais de l’Internet, d’effectuer des achats.

La diffusion des ordinateurs dans la population demeure très inégale

Trois fractures apparaissent :

Une fracture sociale : seulement 26% des ménages dont le revenu est inférieur à 760 € possèdent un ordinateur, contre 68% pour les ménages dont le revenu est supérieur à 2300 €. Le diplôme est encore plus discriminant puisque le taux d’équipement des non diplômés n’est que de 18%.

Une fracture générationnelle : Elle touche particulièrement les plus de 65 ans : leur taux d’équipement en ordinateur à domicile n’atteint que 11% ;

Une fracture géographique : entre les zones rurales où le taux d’équipement s’élève en moyenne à 36%, et les grandes agglomérations, plus particulièrement la région parisienne, où le taux d’équipement est de 54%.

L’utilité perçue de l’ordinateur, son prix et sa complexité sont les principaux obstacles à l’achat pour les ménages non équipés

Quatre enseignements issus de l’enquête CSA-opinion permettent de mieux comprendre les obstacles à l’achat pour les ménages non équipés :

44% d’entre eux ne perçoivent pas l’utilité de l’ordinateur. Ce résultat montre l’importance, au-delà de l’équipement, de la question des usages effectifs. La diffusion de l’Internet haut débit, qui a connu une croissance exceptionnelle ces derniers mois, peut constituer à ce titre une rupture importante car la perception de l’utilité du PC s’en trouve renforcée.

Le prix de l’ordinateur est un obstacle à l’achat pour 37% des ménages qui ne possèdent pas d’ordinateurs. Cet élément est particulièrement prégnant pour les ménages les plus défavorisés ou encore pour les jeunes.

Pour 12% des ménages non équipés, l’ordinateur est un produit qui reste trop complexe à installer, à maintenir et même à acheter. Ceci montre à quel point la formation, l’éducation, notamment l’ordinateur à l’école, constituent des leviers d’action essentiels pour favoriser l’adoption des nouvelles technologies.

Enfin, « l’effet Minitel », qu’on a souvent présenté comme un élément pouvant expliquer le retard d’équipement en France, paraît négligeable : seuls 4% des ménages ont un Minitel mais n’ont pas d’ordinateurs.

Haut de page