UNAF - Consommation, commerce et mutations de la société

CES

Consommation, commerce et mutations de la société


05/03/2007

Réuni en assemblée plénière les 27 et 28 février, le Conseil Economique et Social a examiné et adopté l’avis présenté par M. Léon Salto sur « Consommation, commerce et mutations de la société », au nom de la section des Activités productives, de la recherche et de la technologie. L’avis a recueilli 143 voix pour (dont celles du groupe de l’UNAF) et il y a eu 43 abstentions (principalement CGT et FO).

Le débat sur la généralisation de l’ouverture des commerces le dimanche est récurrent. Le C.E.S. préconise de ne pas banaliser cette journée et de maintenir le repos dominical. Il recommande une simplification des règles en la matière et suggère de conférer à tous les commerces, tous secteurs confondus, une « dérogation exceptionnelle de cinq dimanches de plein droit ». Chaque commerce pourrait choisir la date d’ouverture du dimanche qui lui convient, à condition de déclarer les dates retenues à la préfecture, après consultation des partenaires sociaux.

Le C.E.S. souligne l’intérêt de poursuivre ses travaux par une réflexion plus générale, élargie à un débat sociétal. En effet, le dimanche conserve un caractère structurant permettant de consolider la cellule familiale et de privilégier des activités culturelles, sportives, ludiques, touristiques, associatives, ... La remise en cause totale du repos dominical entraînerait des modifications structurelles substantielles dans l’organisation du fonctionnement de la société. Quant aux consommateurs, ils sont majoritairement favorables à la libéralisation, à condition de ne pas être mis à contribution.


DECLARATION ECRITE DU GROUPE DE l’UNAF (annexée au Journal Officiel)

L’avis qui nous est soumis sur la consommation et le commerce en lien avec les mutations de la société s’appuie sur un travail dynamique et innovant qui constitue un document de référence pour le secteur de la consommation et du commerce.
C’est actuellement le seul outil comportant des données récentes et actualisées sur l’ensemble de la problématique. Le groupe de l’UNAF remercie le rapporteur d’avoir su relever le double défi d’une saisine de notre Bureau et d’une demande gouvernementale.

Parmi les nombreux sujets abordés, il insistera sur quatre points :

1/- L’évolution des prix.

Le groupe de l’UNAF partage la remarque sur l’intérêt de conduire des travaux sur de nouveaux indicateurs pertinents sur les prix et le pouvoir d’achat. Dans cet esprit, l’UNAF, depuis quarante-sept ans, établit des budgets-types en fonction de la composition de la famille, qui sont à la fois des points de repère et des instruments de mesure de l’évolution des dépenses des familles considérées. Des indices complémentaires sont établis par des Mouvements familiaux, comme par exemple « l’Observatoire des prix » de Familles rurales, qui démontre à quel point les familles pluri-consommatrices ont besoin d’un instrument de mesure fiable, ou les analyses sur le coût de la rentrée scolaire, menées par Familles de France et la Confédération Syndicale des Familles.

2/- L’ouverture des commerces le dimanche.

Pour l’UNAF, le dimanche est un temps privilégié pour préserver l’équilibre de la vie familiale, et permettre à la cellule familiale de se retrouver, comme le souligne d’ailleurs l’avis. C’est aussi le temps des activités personnelles et sociales, et nous y sommes très attachés.

Le groupe de l’UNAF rejoint donc la recommandation de ne pas généraliser l’ouverture des commerces le dimanche et de maintenir le principe du repos dominical.

Il est important que la loi soit respectée et appliquée.
L’UNAF est cependant très réservée sur l’opportunité d’inclure des dérogations correspondant à un achat de mobilier par exemple, car les associations de consommateurs savent combien il y a d’abus dans ce type de vente, en particulier en direction des familles les plus fragiles.

3/- L’alimentation.

Elle est au cœur de la vie des familles et d’une éducation familiale à la santé. Nous adhérons donc à la nécessité de « s’attaquer à la reconquête de l’assiette des français ». En revanche, il est indispensable d’imposer une éthique aux industries alimentaires, afin que leur communication sur les qualités nutritionnelles et de santé de leurs produits soit précise et efficacement contrôlée.

4/- L’emploi.

Concernant l’emploi dans le secteur du commerce, on constate, notamment dans la grande distribution, malgré certains efforts, d’une part, l’inégalité de la répartition entre les sexes, - en particulier dans les emplois d’hôtesses de caisses, dont vous faites très justement état -, d’autre part, la permanence d’une irrégularité des horaires qui perturbe la vie familiale pour les mères de familles et leurs enfants. Tout cela, nous le savons bien, n’est pas sans incidence sur l’état de santé de ces salariées.

Enfin, pour terminer, l’UNAF tient à redire sa déception que le projet de loi de protection des consommateurs, qui devait venir en discussion au Parlement fin février, ait été retiré. Elle veillera à ce que les mesures prévues dans le texte initial soient reprises, de façon à répondre aux souhaits des consommateurs.

Le groupe de l’UNAF adresse ses félicitations au rapporteur pour cet excellent travail. Il s’est prononcé en faveur de l’avis.

Haut de page