UNAF - Installation des médecins : le HCAAM n’exclut pas des mesures plus contraignantes

Accès aux soins

Installation des médecins : le HCAAM n’exclut pas des mesures plus contraignantes

29/05/2007

Le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) a adopté un « avis sur les conditions d’exercice et de revenu des médecins libéraux », à la quasi-unanimité de ses membres, dont l’UNAF.

L’avis rappelle que les malades sont « en droit d’attendre d’être assuré de trouver un médecin sans trop de difficulté » et de « ne pas être exposé à des frais trop élevés », et souligne que la répartition des médecins sur le territoire est disparate. Deux millions de personnes sont aujourd’hui en zone « fragile » d’accès aux soins.

Le Haut conseil établit que former davantage de médecins n’est pas la solution : « les actions sur l’accroissement du numerus clausus national à l’entrée du second cycle des études médicales, qui n’ont d’effet que sur le nombre total de médecins à terme, ne jouent aucunement sur la répartition des médecins sur le territoire ».

Surtout, le conseil remet en cause l’ « approche traditionnelle » d’« incitations positives (essentiellement financières) », qu’il juge « coûteuses », et de « revalorisations des spécialités délaissées ». Cette politique non contraignante « ne peut être admise en l’état ». Il demande qu’ait lieu rapidement « une évaluation des résultats de la politique actuelle (...) Si elle était décevante, il conviendrait de reprendre au fond le dossier et d’étudier les mécanismes d’installation, notamment en mettant en place des mécanismes de désincitation à l’installation en zone de sur-densité ».

L’UNAF se félicite de ce vote, et souhaite que cette évaluation de la politique d’incitation soit au plus vite réalisée et mène si besoin aux réformes nécessaires, pour que toutes les familles du territoire soit assurées d’un réel et égal accès aux soins.

Haut de page