UNAF - L’UNAF auditionnée par Rolland Jouve, Conseiller pour le social, laïcité au Cabinet du Ministre de l’Education nationale

« Le poids du cartable »

L’UNAF auditionnée par Rolland Jouve, Conseiller pour le social, laïcité au Cabinet du Ministre de l’Education nationale

15/10/2007

Illustration article

Le vendredi 5 octobre 2007, l’UNAF a été auditionnée par Roland Jouve, Conseiller pour le social, l’enseignement privé et la laïcité au Cabinet du Ministre de l’Education nationale sur « Le poids du cartable »

Note remise à Roland JOUVE lors de la rencontre

La lourdeur du cartable est une préoccupation qui revient régulièrement et particulièrement à chaque rentrée scolaire. Elle suscite sur Internet pas moins de 73 pages de débats ou opinions d’où émergent quelques préconisations ou expériences.

QUELQUES DATES

La loi d’orientation sur l’éducation du 10 juillet 1989 évoquait déjà la limitation du poids du cartable. Une circulaire du Ministère de l’Education nationale, en 1995, rappelait cette nécessité et proposait des pistes. Un projet de loi, en 1996, faisait référence à l’article 222-20 et 21 du Code pénal qui porte sur les violations manifestement délibérées et l’obligation particulière de sécurité. Le Député Jean-Yves Haby a rendu un rapport en 1997 sur ce sujet à la demande du Premier Ministre.

DES AVIS NOMBREUX SUR LA QUESTION

Les spécialistes conseillent de limiter le poids du cartable à 10 % du poids de l’élève. Les médecins indiquent que le poids du cartable n’est qu’un des facteurs pouvant provoquer des problèmes de dos. Il faut aussi faire attention à son port. Attention au déséquilibre du poids quand on le porte sur une seule épaule, attention à la torsion du corps qu’induit le cartable à roulettes... L’ergonomie de l’ameublement des classes (pupitres, sièges...) entre aussi en jeu dans « le malmenage » de l’ossature dorsale.

A prendre en compte aussi les tempéraments des élèves : certains sont stressés, d’autres organisés ; enfin ils peuvent aussi être plus ou moins attentifs... Cela a des conséquences sur le poids du cartable. Les élèves angoissés auront tendance à prendre trop de livres et de fournitures, les élèves moins attentifs allègeront leur besace par oubli, d’autres élèves prendront le temps de la réflexion pour ne transporter que l’essentiel. Néanmoins, le cartable dépasse souvent le poids recommandé.

DES INITIATIVES A MÉDIATISER

Des initiatives mises en œuvre ici ou là méritent d’être médiatisées ainsi :

Les réflexions menées dans le cadre d’un conseil d’école ont permis aux enseignants de veiller à limiter leur demande de fournitures et aux parents de veiller à l’organisation quotidienne du cartable.
Des Conseils généraux ont financé l’achat en double de livres de classe pour permettre d’en laisser un jeu en classe et l’autre à la maison.
Ailleurs, des casiers ou des salles de dépose des cartables ont été installés.

DES PROPOSITIONS

Sensibiliser nécessairement tous les partenaires de l’école, parents, enseignants, cadres de l’enseignement ou de la jeunesse et des sports, sur les raisons et les moyens d’alléger le poids des cartables.

Appliquer par tous la circulaire émise en 1995 par le Ministère de l’Education de nationale.

Inciter à la création et la généralisation d’une charte du cartable léger dont les recommandations seraient signées par les enfants, les enseignants et les parents...

Elaborer une fiche sur l’utilisation du cartable, selon l’exemple des fiches d’aide à la scolarité mises en ligne sur le site de la Délégation interministérielle à la famille.

Envisager l’utilisation de clefs USB à la place des cahiers (cela peut être une solution mais toutes les familles ne disposent pas d’un ordinateur à la maison).

Pour mémoire, le cartable électronique pèse au minimum 2 kilos et n’est pas forcément équipé pour recevoir une clef USB)

Initier une étude de consommateurs sur le choix du cartable.

Enfin lancer un concours dans les écoles de design, de stylisme et des beaux-arts pour la réalisation du cartable de 2010, répondant à des critères spécifiquement étudiés par des ergonomistes...


Premiers échos de l’audition

Etaient présents, pour le Ministère de l’éducation nationale : Roland Jouve, Conseiller pour le social, l’enseignement privé et la laïcité et Caroline Pons-Hollande, Conseiller technique : « nouvelles technologies de l’information ».

L’UNAF était représentée par Rémy Guilleux, Administrateur de l’UNAF, Président du département Education ; Catherine Le François de Familles de France et France Picard Coordonnatrice du Pôle Education formation loisirs de l’UNAF.

Rémy Guilleux a introduit le débat sur le poids du cartable présentant les points qui semblent incontournables :

  • revisiter les liens avec l’organisation pédagogique en pointant la nécessité d’alléger le poids du cartable ;
  • mener une forte campagne de sensibilisation auprès de tous les acteurs concernés de l’école, qu’ils soient parents, enseignants ou élèves sur les incidences du poids du cartable et les moyens d’y remédier : Une réflexion sur les supports prolongera celle menée sur les outils et leur utilisation.

La note préparée par l’UNAF a été appréciée et commentée par les différentes personnes présentes.

Le Ministère de l’Education envisage de réaliser, pour la rentrée prochaine, trois « KIT RENTREE » (un pour le primaire, un pour le collège et un pour le lycée) comprenant une quinzaine de fournitures de base de qualité dont les prix seraient négociés avec les industriels et les distributeurs.
L’UNAF est sollicitée pour s’associer au choix de ces fournitures. Catherine Le François souligne la nécessité que ces fournitures répondent aussi à des critères de durabilité, qu’elles soient labellisées NF environnement ou prennent en compte la préservation de l’environnement. Nos recommandations sont attendues pour le 20 octobre 2007.

Enfin Caroline Pons Hollande nous indique que la prochaine Fête d’Internet se tiendra dans la seconde semaine de mars. A cette occasion, une journée pourrait être organisée dans les écoles pour réfléchir à l’utilisation d’Internet comme outil de recherche pédagogique, à la protection des mineurs et aux aspects juridiques de l’utilisation d’Internet.


Photo : Julie70 - Creative Commons BY - Source Flickr

Haut de page