UNAF - La prise en charge de la perte d’autonomie ou comment créer un cinquième risque de protection sociale - L’état de la pauvreté en France - Les inégalités de revenus dans l’Union européenne - Les dépenses d’action sociale des départements en 2007 - Un avis du Conseil économique et social sur l’obligation alimentaire - En bref...

Le Délégué au CCAS n° 154-155

La prise en charge de la perte d’autonomie ou comment créer un cinquième risque de protection sociale - L’état de la pauvreté en France - Les inégalités de revenus dans l’Union européenne - Les dépenses d’action sociale des départements en 2007 - Un avis du Conseil économique et social sur l’obligation alimentaire - En bref...


23/07/2008

Illustration article

Editorial, par François Fondard

Le 21 juin 2008, s’est tenue, à Toulouse, l’Assemblée générale de l’UNAF. Ce fut l’occasion, en présence du Ministre du travail et de la Secrétaire d’Etat chargée de la Famille, de dresser un bilan des mesures les plus récentes prises en matière de politique familiale.

La suppression de la majoration pour âge des allocations familiales lorsque les enfants atteignent l’âge de onze ans est incontestablement à mettre au passif. Cela se traduit, en effet, pour les familles par une perte annuelle de 600 €. Pour l’UNAF, le produit de cette économie doit être impérativement reversé aux familles. La modulation en fonction de l’âge de l’allocation de rentrée scolaire, mesure applicable dès cette rentrée et qui permettra une augmentation du montant de cette prestation pour les enfants de plus de dix ans et de plus de quatorze ans, constitue une avancée mais elle reste en deçà de nos attentes.

L’UNAF a également redit l’importance qu’elle attache à la conciliation de la vie familiale avec la vie professionnelle. La clé réside ici dans le développement de l’offre d’accueil, tant collectif qu’individuel, de la petite enfance. L’UNAF attend beaucoup des mesures qui pourraient être annoncées dans ce domaine.

Enfin, l’UNAF est attentive à l’actualité parlementaire. A la prochaine session, seront discutés des projets de loi qui impacteront la vie quotidienne des familles ; je pense notamment au très volumineux projet de loi « santé et territoires » qui réorganise en profondeur l’offre hospitalière. D’autres textes concerneront certaines familles comme celles qui seront susceptibles de bénéficier du revenu de solidarité active (RSA) qu’un projet de loi va généraliser. Autant de textes aux problématiques complexes qui s’ajouteront aux habituelles lois financières (projet de loi de finances, projet de loi de financement de la sécurité sociale).

Bref, une rentrée studieuse.

Editorial 154-155
PDF - 113 ko


CCAS 154-155
PDF - 463.7 ko


Haut de page