UNAF - Le CSA interdit aux télévisions de cibler les moins de 3 ans

Protection des mineurs

Le CSA interdit aux télévisions de cibler les moins de 3 ans

25/08/2008

Illustration article L’UNAF se félicite de la décision du CSA publiée le 13 août dernier, visant à protéger les enfants de moins de trois ans des effets de la télévision, en particulier des services présentés comme spécifiquement conçus pour eux.

L’UNAF se félicite de la décision du CSA publiée le 13 août dernier, visant à protéger les enfants de moins de trois ans des effets de la télévision, en particulier des services présentés comme spécifiquement conçus pour eux.
Cette décision rejoint en effet la position constamment défendue par l’UNAF depuis que le débat a été relancé à l’occasion de la mise en service de la chaîne Baby First en octobre 2007.

Se basant sur l’avis rendu par le ministère de la santé en avril dernier, le CSA juge qu’il « lui appartient de prendre les dispositions nécessaires à la protection de la santé et du développement des jeunes enfants, en particulier les enfants de moins de trois ans, plus vulnérables aux effets néfastes de la télévision. »

Rappelons que l’UNAF a été très active sur ce dossier : elle a été partie prenante des actions conduites par le CIEM, elle a participé au groupe de travail, réuni par le Ministère de la Santé le 16 avril 2008, rencontré Monsieur Boyon, Président du CSA le 5 mai 2008 et
s’est également opposée par voie de presse à la télévision pour bébés et avait approuvé l’initiative menée par le CSA. Lire

En conséquence, à partir du 1er novembre 2008 :

  • Les chaînes françaises ne pourront pas cibler explicitement les bébés. Selon cette décision, « les éditeurs ne peuvent ni diffuser ni promouvoir, sur leur antenne et sur tout autre support, des programmes visant spécifiquement les enfants de moins de trois ans. » Les chaines conserveraient donc le droit de diffuser ces programmes, mais pas celui de dire qu’ils s’adressent à un public de moins de trois ans.

Notons que cette interdiction concerne uniquement les chaines françaises, non Baby First et Baby TV (qui émettent depuis la Grande-Bretagne).

  • Les distributeurs (cable, satellite) qui commercialisent des chaînes de ce type en France devront diffuser à l’écran l’avertissement suivant : « « Ceci est un message du Conseil supérieur de l’audiovisuel et du ministère de la santé : « Regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de trois ans, même lorsqu’il s’agit de chaînes qui s’adressent spécifiquement à eux ». »

Hors écran (dans le journal des abonnés par exemple), ces mêmes distributeurs devront inclure l’information suivante : "Regarder la télévision, y compris les chaînes présentées comme spécifiquement conçues pour les enfants de moins de trois ans, peut entraîner chez ces derniers des troubles du développement tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans. »

Il leur est en outre interdit de promouvoir les « prétendues vertus sanitaires, éducatives ou pédagogique » de programmes visant les bébés.

  • Le texte du CSA prévoit aussi une campagne annuelle d’information sur les dangers de la télévision pour les tout-petits, ainsi qu’un rapport annuel sur la mise en oeuvre de cette décision.

Lire la délibération n° 2008-85 du 22 juillet 2008 du Conseil supérieur de l’audiovisuel visant à protéger les enfants de moins de trois ans des effets de la télévision, en particulier des services présentés comme spécifiquement conçus pour eux.
Parue au Journal officiel Lois et décrets n°193 du 20/08/2008

Autres articles à lire


Photo : Texasgurl - CC BY - source Flickr

Haut de page