UNAF - Audition du 30 juin 2004 du CIEM par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA)

Rencontre

Audition du 30 juin 2004 du CIEM par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA)

01/07/2004

Etaient présents : Nicole Alpha (CIEM) ; Béatrice Barraud (UNAPEL) ; Pierre de Bernières (AFC) ; Jean-Louis Biot (Se-UNSA) ; Patrick Cottin (AIRE) ; Pierre Campmas (les FRANCAS) ; Myriam NAEL (CSF) ; Michèle Talin ( UNAAPE) ; Jean-Pierre Quignaux (UNAF) .
Etaient présents pour le CSA : Agnès Vincent (Membre du conseil chargé du dossier Protection des Mineurs) ; Marie-Laure Denis (Membre du Conseil) et les principaux responsables des services du CSA

Cette audition avait pour objet de réfléchir avec le CIEM sur les objectifs du lancement de la nouvelle campagne sur la signalétique de protection du jeune public.

Agnès Vincent confirme la création d’un comité de pilotage qui sera constitué par des membres CIEM (3 personnes) , des représentants des chaînes hertziennes, un pédo- psychiatre, un représentant de la Défenseur des Enfants, un sociologue de la famille.

S’agissant de la méthode, A. Vincent, informe que le CSA a diffusé un appel d’offre pour la réalisation d’un spot de sensibilisation du public à la signalétique télévisuelle de protection du jeune public.

Agnès Vincent rappelle que cette campagne signalétique est une nécessité. Le CSA souhaite faire de la protection du jeune public le domaine d’une responsabilité partagée entre les diffuseurs, le régulateur et les parents.

Pour plus d’information, consultez les publications suivantes sur le site du CSA :

La délégation du CIEM a présenté les pistes qui ont été arrêtées lors de la réunion le matin pour préparer cette audition :
Cette campagne doit cibler d’une manière pertinente : les parents - les enfants - les éducateurs et les professionnels des médias et promouvoir les médiateurs des chaînes de TV .
Ce travail autour de la campagne signalétique doit être aussi le début d’un débat en terme d’éthique, au sein des chaînes de télévision mais également le lancement d’une réflexion sur la signalétique : son pourquoi et son sens.

Soucieux d’un travail durable Le CIEM souhaite une campagne pérenne. Pour le financement et l’accompagnement de cette action, il faut solliciter des partenaires tels que les Ministères de l’Education Nationale, de la Famille , etc... La mise en place d’une signalétique ne doit pas être considérée comme une contrainte mais comme un acte éducatif et pédagogique. La publication d’un fascicule sur la signalétique en prolongement de cette campagne devra être envisagée.
Le CIEM se réjouit que le financement de cette nouvelle campagne soit pris en charge par le CSA.

Par ailleurs, Agnès Vincent confirme l’intention du CSA de poursuivre ses investigations au sujet des émissions de libre antenne sur les radios.

Haut de page