UNAF - Parents, que pensez-vous du carnet de santé de l’enfant ?

Enquête auprès des parents

Parents, que pensez-vous du carnet de santé de l’enfant ?

22/11/2004

Illustration article

Carnet de santé de l’enfant : enquête UNAF 2004

Le carnet de santé de l’enfant (Code de la santé publique : article L2132-1) est délivré par l’officier d’état civil au moment de la déclaration de naissance de l’enfant et doit être conservé par les parents ou la personne ayant la charge de l’enfant jusqu’à sa majorité.
Il doit être présenté lors de chaque intervention médicale ; le médecin peut ainsi prendre connaissance des renseignements qui y figurent et y consigner ses propres indications et constatations.

La dernière modification de ce document remonte à 1995.

L’UNAF participe, depuis avril 2004, au Comité de pilotage chargé de la refonte du carnet et des certificats de santé de l’enfant Ce Comité, formé à l’initiative du ministre de la santé et de la protection sociale est composé de représentants : - du ministère de l’education nationale,

  • de l’enseignement supérieur et de la recherche,
  • du ministère de la santé et de la protection sociale,
  • de l’ANAES,
  • de l’l’INPES,
  • de l’association des départements de France,
  • de professionnels de la santé,
  • de la petite enfance,d’usagers

Cette mise à jour a pour objectifs de prendre en compte les avancées intervenues sur le plan scientifique et médical, les politiques de santé publique et de prévention, l’avis des utilisateurs : médecins et familles ainsi que les besoins actuels de recueil de données épidémiologiques.

C’est dans ce cadre que l’UNAF s’est engagée à recueillir l’appréciation et les attentes des familles à l’égard de ce carnet. L’UNAF a donc lancé une enquête auprès de son réseau durant les mois d’août, septembre et octobre 2004.

604 familles ont répondu à cette sollicitation. Les questionnaires proviennent de 67 départements différents y compris des DOM.

Le nombre de réponses montre l’attachement et l’intérêt des familles pour ce document, même si, comme nous le verrons par la suite, un certain nombre d’entre elles s’interrogent sur la pertinence d’une telle refonte à l’aune de l’informatisation des données de santé.

Profil des familles :

Le nombre total des enfants concernés est de 1251. Nous n’avons pris en compte que les enfants âgés de zéro à 18 ans.

Nombre d’enfants par famille


La répartition par âge est la suivante :

Répartition des enfants par âge :


84,4% des familles interrogées avaient au moins un enfant âgé de 10 ans, ce qui est intéressant puisque la dernière refonte du carnet date maintenant d’une dizaine années.

Ainsi, la très grande majorité des familles ayant répondu ont bien en leur possession au moins un exemplaire de la dernière version du carnet de santé sur lequel doivent porter les futures modifications

Ce panel des familles est bien représentatif de la composition de la cellule familiale que nous trouvons dans notre pays.

Votre appréciation sur la lisibilité de ce document

a) Avez-vous lu ce document ?

91,7 % des familles ont répondu à cette question. Parmi elles 97,7 % déclarent l’avoir lu.

C’est au moment de la naissance de l’enfant ou lors d’une consultation chez le médecin que les familles qui n’ont lu qu’une seule fois le carnet l’ont fait. Quelques familles l’ont lu pour la première fois lors de cette enquête, ce qui renforce d’une manière étonnante l’intérêt de mener ce type d’étude...

Pour les lecteurs plus réguliers, la salle d’attente du médecin semble être à nouveau prioritairement le lieu privilégié pour une consultation de ce type. Mais le contrôle des vaccins, la maladie ou l’hospitalisation de l’enfant, une nouvelle naissance, la visite médicale scolaire ou encore l’inscription à l’école, à la crèche ou au centre aéré, sont également des événements où les familles se replongent dans cette lecture.

Avez-vous trouvé lisibles et compréhensibles les informations contenues dans ce carnet ?

87,6% des familles ont répondu positivement à cette question.

Parmi elles, 95,5 % ont trouvé lisibles et compréhensibles les informations qui se trouvent dans ce document. Cependant, l’ordonnancement de ces informations est sans doute à revoir, comme nous le verrons là encore dans la suite de l’enquête.

Votre enfant a-t-il déjà lu ce carnet ?

35,7 % des enfants concernés par l’enquête ont lu au moins une fois tout ou partie des informations contenues dans leur carnet.

L’âge de la première lecture se situe vers 7-8 ans pour 34,8 % ; 9-11 ans pour 32,6 %, 22,4 % avaient 6 ans et moins et 10 % avaient 12 ans et plus.

Les principales informations que lit en priorité l’enfant sont ses vaccinations, sa taille et son poids, ses maladies et tout ce qui a trait à sa naissance : comme le poids et la taille, mais aussi l’heure de la naissance.

Beaucoup d’enfants sont également intéressés par ces informations pour se comparer à leur frère et sœur.

Une nouvelle fois, cette lecture se fait majoritairement lors de la consultation chez un médecin, mais aussi lors d’un vaccin ou au cours d’une visite médicale scolaire. Certaines familles nous ont indiqué que cette lecture s’était faite à l’occasion d’un travail scolaire sur la naissance.

77,2 % des familles ont répondu à la question suivante : ce carnet vous a-t-il aidé pour parler de sa santé à votre enfant ?

Parmi elles 37 % estiment que ce carnet a été un outil utile pour aborder la question de la santé avec leur enfant.

Nous signalons cependant qu’il n’y a pas forcément de corrélation entre la lecture du carnet par l’enfant lui-même et l’utilisation de ce carnet comme outil de dialogue entre l’enfant et ses parents.

En effet, certains parents déclarent que leur enfant n’a pas lu le carnet mais qu’eux-mêmes s’en sont servis pour parler santé avec l’enfant.

A l’inverse, d’autres parents déclarent que l’enfant a bien lu ce carnet mais qu’eux-mêmes ne l’ont pas utilisé pour initier un tel dialogue.

Enfin, des familles ont indiqué qu’elles avaient profité de la lecture de ce document par l’enfant pour entamer un dialogue avec lui sur la santé.

Le carnet de santé n’est donc qu’un des outils, parmi d’autres, facilitant le dialogue entre les parents et les enfants pour aborder les questions de santé, il n’est en aucun cas l’outil privilégié de ce dialogue.

Votre appréciation sur le contenu de ce carnet

Citez les informations qui vous paraissent les plus utiles :

82,40 % des familles ont répondu à cette question

Les informations considérées très majoritairement les plus utiles par les familles dans le carnet sont les vaccinations, le suivi médical et la courbe de poids et de taille. Ces items sont cités dans plus de 70 % des réponses. Viennent ensuite les allergies, les conseils aux parents et les informations concernant le développement psychomoteur de l’enfant.

Citez les informations qui vous paraissent les moins utiles

Peu de réponses à cette question (17,93 %) et la moitié des personnes ayant répondu ont indiqué qu’il n’y avait pas d’informations inutiles. Elles ont toutes une utilité. Néanmoins, celle qui a été la plus citée est la courbe poids/taille, par le fait qu’elle peut avoir un caractère inquiétant lorsque l’on est à la marge de la « normalité ».

D’après vous, quelles informations devraient figurer dans ce document, qui n’y sont pas et qui vous seraient très utiles ?

Nous reverrons ces éléments dans les propositions qu’ont fait les familles sur les modifications qui pourraient être envisagées pour la prochaine version du carnet. Malgré cela, nous pouvons d’ores et déjà citer les éléments suivants :
Une place pour les bilans dentaire, d’orthophonie et d’ophtalmologie.
Un emplacement spécifique pour noter les différentes allergies.
La rédaction plus importante de conseils sur l’alimentation et la nutrition.
Une fiche récapitulant au niveau local les coordonnées des services de secours et de proximité.
Des conseils sur ce que l’on doit faire devant une fièvre, les primo-infections, etc.

Votre appréciation sur la forme

Nous avons obtenu une moyenne de 90 % de réponses à cette série de questions.

Ce carnet est-il : oui
Maniable ? 94,5 %
Solide ? 95 %
Les caractères faciles à lire ? 96,4 %
Les informations faciles à trouver ? 91,7 %
Les illustrations adaptées ? 83,4 %
Les messages de prévention facilement accessibles ? 87,24 %
Les messages de prévention facilement compréhensibles ? 82,4 %
y-a-t-il assez de place pour que le médecin inscrive toutes les informations ? 43,8 %

Les commentaires concernant l’organisation du carnet sont plus sévères que les pourcentages que nous retrouvons dans ce tableau.

La grande majorité des familles trouve le carnet maniable et solide. Cependant, quelques utilisateurs signalent que la couverture peut se révéler à la longue assez fragile et devrait donc être renforcée.

En ce qui concerne les illustrations : les familles les trouvent adaptées mais pas assez modernes et ludiques. Pour que ces illustrations incitent les enfants (et les parents) à s’approprier leur carnet et qu’ils aient envie de le regarder, il serait intéressant de rendre ces illustrations plus attrayantes.

Les messages de prévention sont relativement compréhensibles mais leur présentation est assez confuse. De nombreux parents suggèrent que l’on regroupe les informations par classe d’âge. Ainsi l’information, les conseils et les messages de prévention d’une tranche d’âge devraient être regroupés avec le bilan de santé et les vaccinations de cette même tranche. Ceci renforcerait la cohérence de l’ouvrage et éviterait que l’on parte « à la pêche » à l’information

D’autres parents estiment que le carnet pourrait être coupé en deux parties : l’une concernerait le suivi médical stricto sensu, l’autre regrouperait ce qui relève de l’information, des conseils et de la prévention.

Enfin de très nombreuses réponses font état du manque de place pour les observations des médecins. Ceci a pour conséquence que des familles se retrouvent avec des feuilles volantes qui peuvent se perdre très facilement. Ce manque de place est particulièrement criant durant la période de la petite enfance où les visites chez le médecin sont plus fréquentes.

Votre utilisation du carnet

Qui vous demande de consulter le carnet ?

Le médecin traitant, le médecin en cas d’hospitalisation, le médecin et l’infirmière scolaire sont les professionnels qui demandent à consulter le carnet de santé.

Viennent ensuite les professionnels de la petite enfance comme les PMI, les haltes garderies, les crèches, les assistantes maternelles.

Enfin, dans une proportion bien moins importante, sont cités les directeurs d’écoles, de centres aérés, de colonies de vacances.

Certaines familles signalent que leur médecin traitant ne leur demande pas régulièrement le carnet. D’autres indiquent que leur médecin étant informatisé, ce dernier ne renseigne pas le carnet papier.
Par ailleurs, beaucoup de familles constatent et regrettent que lors d’une hospitalisation, le milieu hospitalier n’inscrive rien sur le carnet.

Apportez-vous systématiquement le carnet de santé de l’enfant lors de la consultation chez le médecin ?

98 % des familles ont répondu à cette question. Parmi elles 81,5 % déclarent apporter systématiquement le carnet à chaque consultation. Ce « réflexe » semble donc pris.

Cela montre que les parents considèrent le carnet comme la « mémoire » du parcours santé de leur enfant et ainsi leur désir de voir consigner, systématiquement, sur ce document l’ensemble des informations médicales.

Les conditions de confidentialité vous paraissent-elles respectées ?

86 % de réponses à cette question.
86 % des parents estiment que les conditions de confidentialité sont plutôt bien respectées.

Parmi les 14 % qui pensent le contraire, la majorité déclare que le fait que le carnet soit d’une part, sur un support papier, et d’autre part contienne des informations dont certaines comme les vaccinations sont régulièrement demandées par des personnes ou organismes autres que les médecins, entraîne un risque non négligeable de violation de la confidentialité. Sans parler du risque en cas de perte.

Une des propositions des familles est de mettre sur un support détachable du carnet, le carnet de vaccinations afin que lorsqu’un organisme demande cette information, les familles n’aient à fournir que cette partie détachable et non l’ensemble du document.

Avez-vous déjà inscrit vous-même des informations directement sur le carnet ?

94,5 % de réponses.
76,6 % des familles écrivent avoir déjà inscrit des informations sur le carnet.

Ces informations concernent :

Courbe poids et taille 41 %
Petites maladies infantiles, vitamines... 23,3 %
Situation familiale (nom des parents...) 14,8 %
Changement d’adresse 10 %
Allergies 9 %
Antécédents familiaux 9 %
Maladies, médicaments, quand les médecins ne les inscrivent pas 8 %
Dates des apparitions et des chutes des dents de lait 6,8 %
Développement psychomoteur( date de la marche, du premier mot...) 4,8 %
Vaccins à prévoir 4,3 %
Date de naissance 3,3 %
Date d’hospitalisation 3,1 %

Le pourcentage est supérieur à 100 % puisque plusieurs réponses étaient possibles.

Vos attentes, vos propositions

Qu’attendez-vous d’un tel document ?

La très grande majorité des familles pensent que ce carnet doit être « la mémoire », « le repère », « l’historique » de la croissance, de l’évolution et du suivi médical de leur enfant.

Ce document doit être synthétique tout en étant précis et exhaustif des événements concernant la santé de l’enfant.

Il doit être clair, lisible, pratique et compréhensible par tous. C’est pourquoi, un effort doit être fait sur l’écriture des médecins qui le remplissent et sur la terminologie qu’ils utilisent.
Beaucoup de parents insistent sur l’exhaustivité des informations concernant la santé, afin que tout professionnel de santé, n’étant pas forcément le médecin traitant de l’enfant, puisse avoir une vision globale et très précise du parcours sanitaire, des problèmes spécifiques comme les allergies ou le développement de l’enfant.

C’est pourquoi certains parents regrettent que les médecins hospitaliers et certains autres professionnels ne remplissent pas plus ce document. De même, il paraît aux parents que les médecins sont moins vigilants pour remplir le carnet quand l’enfant atteint l’âge de quinze ans et plus.
Un pourcentage non négligeable de parents estime que ce carnet devrait suivre l’individu tout au long de sa vie. En effet, il contient des informations qui peuvent être utiles à la prise en charge de la personne et ceci à tous les âges.

En conclusion, le carnet est considéré comme un outil indispensable au dialogue entre médecins mais aussi entre les médecins et la famille.

Que faudrait-il modifier sur la forme et sur le fond ?

54 % des questionnaires contenaient des propositions d’améliorations du carnet.

Tout d’abord, nous devons indiquer que certains parents s’interrogent sur le bien fondé d’une refonte d’un carnet papier. Ils estiment qu’à l’heure de la mise en place d’un dossier médical personnel informatisé, il serait plus logique de passer directement, pour le carnet de santé de l’enfant, au support informatique. Par ailleurs, la loi du 13 août 2004 relative à l’assurance-maladie prévoit que le dossier médical personnel concernera toutes les personnes âgées de 16 ans et plus. Faut-il alors maintenir la partie 16-20 ans du carnet de santé ?

Au-delà de certaines propositions déjà indiquées précédemment (carnet de vaccination détachable, plus de place pour les observations du médecin, modernisation des illustrations, réorganisation des rubriques...), les familles plébiscitent la mise en place d’onglets prédécoupés et en couleurs afin de pouvoir accéder plus directement aux parties souhaitées (76 %).

Plus de couleurs dans le carnet. Ces couleurs pourraient correspondre à des chapitres ou des âges différents, rendant, là encore, le repérage dans le carnet plus aisé.
La présence d’une page spécifique « allergies » dès l’ouverture du carnet paraît aussi une amélioration nécessaire et importante.

De même il est réclamé avec insistance par de nombreux parents, la possibilité pour les dentistes, orthodontistes, ophtalmologistes, ORL et orthophonistes de pouvoir mettre leurs bilans dans le carnet. Réflexion similaire pour les bilans réalisés dans le cadre scolaire.

Ces éléments faisant parties intégrantes de la prise en charge de la santé de l’enfant.
Sur la forme, les nombreuses mères de familles ayant répondu à cette enquête, demandent que le carnet soit plus petit afin qu’il puisse prendre place plus facilement dans les sacs à mains.

Il serait très utile qu’une pochette en fin de livret soit accolée à la troisième de couverture afin que puissent y être rangées les feuilles d’examens, d’ordonnances, etc.

Il est également demandé par certains que soit prévue une ou deux pages vierges afin que les parents puissent y consigner les informations qu’ils désireraient éventuellement porter à la connaissance des médecins (antécédents familiaux, maladies héréditaires, informations générales.... Ceci faciliterait le dialogue avec le médecin.

Les parents demandent que soit revue la page des vaccinations qui est peu claire et peu compréhensible (date des vaccins, des rappels, dénominations....). Son emplacement doit également être repensé.

Concernant les messages de prévention, les parents souhaitent de l’information et des conseils sur les conduites addictives (alcool, tabac, médicaments...), sur des aspects concernant le développement psychologique de l’enfant selon les âges.

Mais les interrogations les plus nombreuses concernent l’alimentation et la nutrition, les problèmes liés à l’obésité et au surpoids, l’allaitement et le sevrage...

Ces sujets étant aujourd’hui très médiatisés, il est donc logique que les parents soient à la recherche d’informations et de conseils sur ces aspects. La courbe du poids et de la taille étant par ailleurs l’information la plus lue à la fois par les parents et les enfants.

Lorsque le carnet est personnalisé par un Conseil général, les parents souhaiteraient que leur soient données les adresse locales et de proximité des services sanitaires et médico-sociaux du département. Au-delà, des renvois sur des numéros verts ou des sites Internet seraient également appréciés.

Cette enquête révèle de nombreuses et intéressantes suggestions de la part des parents, tant sur la forme que sur le fond, c’est pourquoi nous espérerons que certaines seront retenues par le comité de pilotage chargé de la refonte de ce carnet.

En tout état de cause, nous tenons à remercier très sincèrement et très chaleureusement, les UDAF, URAF et Mouvements familiaux qui ont diffusé cette enquête ainsi que les parents qui ont bien voulu répondre à nos questions.

Haut de page