UNAF - Lancement de la consultation publique sur « La santé solidaire en danger ? » : l’UNAF soutient le CISS et souhaite une vraie réflexion d’ensemble sur la problématique du déficit chronique de la sécurité sociale et plus généralement sur l’évolution du système de soins

Lancement de la consultation publique sur « La santé solidaire en danger ? » : l’UNAF soutient le CISS et souhaite une vraie réflexion d’ensemble sur la problématique du déficit chronique de la sécurité sociale et plus généralement sur l’évolution du système de soins

16/11/2009

Illustration article

Le Collectif interassociatif sur la santé (CISS) a organisé le 16 novembre dernier, une conférence de presse de lancement d’une vaste consultation populaire en ligne, sur le thème « La santé solidaire en danger ? », au cours de laquelle le Président de l’UNAF est intervenu. Retrouvez en ligne, l’intégralité de son discours et participez dès aujourd’hui et jusqu’au 31 janvier 2010, au débat en apportant vos idées et opinions sur www.santesolidaireendanger.org


"Il est indéniable que nous pouvons être fiers de notre système de santé créé il y a plus de 60 ans sur le principe de la solidarité nationale.
Il a vocation à « couvrir » l’ensemble de la population et ce quelle que soit sa situation sur le territoire français, quel que soit son âge, ses revenus ou encore son état de santé.

84 % des français jugent que la qualité de leur système de soins national est meilleur que celui des autres pays.

S’il existe une « identité nationale » la sécurité sociale en est, sans doute, un élément fortement structurant et synonyme de lien social.

Les familles sont très attachées à ce système qui permet, et c’est loin d’être négligeable, une prise en charge des frais de soins lorsque la maladie ou l’accident touche un de ses membres.

Or, force est de constater que ce système solidaire est aujourd’hui en difficulté et subit régulièrement des « attaques » et des remises en cause.
Une étude montre d’ailleurs que la santé coûte 50% plus chère aux familles aujourd’hui par rapport à 2001 (1).
(1) Etude « dépenses de santé et budget des ménages : évolution depuis 2001 » Jalma

Prenons simplement des exemples très précis ; la mise en place des franchises en 2008 ou encore plus récemment l’annonce du gouvernement d’augmenter le forfait journalier hospitalier au premier janvier prochain.

L’UNAF a réagi vigoureusement car les familles sont directement mises à contribution.

Imaginez une famille composée de deux adultes et de deux enfants, un âgé de 12 ans, l’autre âgé de 18 ans. Au titre des franchises le reste à charge est de 300€ par an.
Cet exemple est révélateur et ne tient pas compte du fait que la famille ait ou non acquis une complémentaire santé.

L’augmentation du forfait journalier va de nouveau faire peser une charge supplémentaire sur le budget des familles, trop « riches » pour bénéficier de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) mais pas assez fortunées pour pouvoir contracter un contrat d’assurance maladie complémentaire. Cette frange de la population est particulièrement vulnérable et sera la première touchée et pénalisée par la mesure annoncée.

L’aspect économique est préoccupant, même s’il faut souligner que le déficit est particulièrement important cette année compte tenu de la crise par manque de recettes liées au chômage.

Comment répondre à ce déficit chronique et à la perte colossale des recettes observée cette année ?

Selon nous, certainement pas par les multiples mesures mettant à contribution les familles.

Au-delà des aspects liés au financement de la santé, d’autres préoccupations touchent de plein fouet les familles.

Au travers des enquêtes que nous avons pu mener dans le cadre des observatoires de la famille ou lors de rencontres départementales que nous avons organisées, nous avons pu mesurer l’inquiétude grandissante des familles quant à leur accès au système de santé.

L’accès aux soins, la démographie médicale, les dépassements d’honoraires, l’accès à quelques spécialités au sein de certains territoires désertés médicalement sont autant de sujets qui font penser à nos concitoyens que le principe d’égalité d’accès à l’offre de soins est aujourd’hui potentiellement, et demain réellement, menacé.

Il est donc indispensable qu’un débat sur l’évolution de notre système ne se résume pas à la problématique du financement de l’assurance maladie mais englobe également ces sujets de préoccupations.

Au final que demande l’UNAF ?

Une vraie réflexion d’ensemble sur la problématique du déficit chronique de la sécurité sociale et plus généralement sur l’évolution de notre système de soins.

Alors oui l’UNAF soutient l’action de mobilisation lancée par le CISS, la santé solidaire est en danger alors initions le débat que nous demandons depuis des mois".

Haut de page