UNAF - Conseil consultatif des consommateurs de la SNCF du 25 novembre 2009

SNCF

Conseil consultatif des consommateurs de la SNCF du 25 novembre 2009


07/12/2009

L’UNAF a participé au Conseil consultatif des consommateurs en présence du Président de la SNCF, M. Guillaume Pepy, le 25 novembre 2009.

Il a tout d’abord rappelé le contexte de la crise et ses impacts sur la SNCF qui voit une baisse de volume du transport de marchandises et une stabilité du trafic TGV de voyageurs.
Pour les TER, la situation est globalement meilleure, ceci étant dû aux efforts de mise en qualité effectués (achat conséquent de nouveaux matériels, services rendus dans les gares), d’un bon cadencement et d’un développement de l’offre. La Directrice générale de la SNCF Voyages, Mme Faugère, a souligné l’impact des travaux conduits sur le réseau qui influent sur le trafic (ralentissements) et les difficultés dues à la saturation du trafic pouvant toucher particulièrement certaines régions (Ile-de-France et région Lyonnaise par exemple) entrainant des pannes, des retards et jouant sur la régularité.

A court terme, la SNCF a annoncé qu’un effort de rattrapage serait fait vis-à-vis de la grande vitesse ferroviaire avec l’achat de 1000 trains neufs, ainsi qu’une centaine de trains grande capacité pour les zones urbaines sur une période de 10 ans .

La SNCF a annoncé sa volonté d’améliorer le réseau RER avec la poursuite de l’effort sur la ligne D (mise à niveau des voies) et a annoncé la mise en place du Francilien sur la ligne H de Paris à Luzarches en décembre. Elle a confirmé vouloir être associée au nouveau projet du Grand Paris actuellement engagé et souhaite poursuivre son extension au niveau européen (Paris-Cologne, Bruxelles - Amsterdam, Bruxelles-Cologne).

Afin de lutter contre les comportements dangereux de certains automobilistes, le renforcement de la sécurité aux passages à niveau a été annoncé. Il s’agira de doubler la signalisation ferroviaire par la signalisation routière et d’effectuer les contrôles afin de lutter contre les comportements dangereux des automobilistes.

Les associations agréées de consommateurs ont pointé certaines difficultés telles que la fermeture des guichets en Ile-de-France, les dysfonctionnements existants sur ce réseau concernant notamment les retards et les trains surchargés, le devenir des trains d’aménagement du territoire, sous contrat avec la SNCF et l’amélioration à apporter en matière de Fret.

En réponse, la SNCF a répondu sur quelques un des points soulevés. Elle a ainsi indiqué qu’en Ile-de-France, il est prévu de renforcer la présence humaine dans les trains et en gare, d’informer davantage les usagers sur les guichets de vente de billets les plus proches et de mettre en place des bornes Libre service.

Concernant les dysfonctionnements sur le réseau : des évolutions ont eu lieu (interopérabilité : ligne B) et des actions sont en cours en Ile-de-France (travail sur les autres modes avec les gares routières et renforcement de l’accompagnement des trains en Ile-de-France). Des travaux engagés permettront, d’aller vers plus de régularité.

Au niveau des trains d’aménagements du territoire, il est prévu de poursuivre les investissements nécessaires à leur développement (renouvellement du parc) en lien avec les décisions relatives aux dessertes qui dépendent de l’Etat comme vis-à-vis des relations intermédiaires (entre grandes lignes et TER : cf ligne Bordeaux – Nantes).

S’agissant du Fret, un certain nombre de mesures vont être associées au développement d’une politique de transport plus pertinente et plus durable vis-à- vis du seul mode routier : autoroutes ferroviaires, inter modalité des ports, développement d’un Fret associé à la grande vitesse et à une vitesse moindre, développement du Fret de ville à ville et via la réforme, en profondeur, de l’activité, en lien avec les chargeurs, les acteurs économiques, politiques voire même avec les opérateurs routiers (développement du transport combiné).

Les associations agréées de consommateurs ont souligné la nécessité de prendre en compte l’impact des coûts externes associés au transport de marchandises afin de soutenir la SNCF dans ses efforts.

Concernant la politique d’offre de services engagée par la nouvelle branche Gares et Connexions : un projet de service est en cours auquel seront associées les associations agréées de consommateurs, le but étant de faire face à la concurrence à venir entre les différents opérateurs.

Cette nouvelle politique d’offre de services concernera les gares, les plans multi modaux (pour assurer la continuité du voyage) et l’organisation des services (pour faciliter la vie des voyageurs) en lien avec les régions. Les associations agréées de consommateurs souhaitent que l’on puisse assurer le confort du client, sa circulation facile avec des espaces d’attente et des services, y compris le soir. En cas de retard des trains, la prise en charge des usagers devra être facilitée et améliorée.

Les difficultés rencontrées dans la circulation des trains de nuit (LUNEA) sont dues aux travaux engagés la nuit, qui ont obligé la SNCF à reconsidérer les horaires. Des améliorations sont prévues.

L’avenir du TGV : des soutiens financiers seront nécessaires afin de faire face aux coûts de l’augmentation des péages, non forcément compensée. Il conviendra également de poursuivre en amont un bon niveau d’investissements pour la maintenance et l’entretien des nouvelles lignes.

Les associations agréées de consommateurs seront associées aux différentes réflexions qui seront conduites par la SNCF sur la politique à poursuivre pour honorer les engagements (ex : ouverture du TGV Rhin - Rhône). Elles ont rappelé l’importance de la prise en compte du rail dans les financements à venir.

Quelques éléments chiffrés sur la Carte Enfant-Famille : depuis mars 2009 : 160 000 cartes ont été délivrées pour une demande estimée à 200 000 cartes d’ici la fin 2009. Pour 10 % d’entre elles, elles concernent les enfants de moins de 4 ans et 1/3 bénéficient en moyenne de réductions allant de 40 à 50 %.

@ : hmarchal unaf.fr

Haut de page