Quelles réponses apporter ?

Le mouvement des gilets jaunes a rendu visibles des familles ayant du mal à joindre les deux bouts, bien qu’exerçant une activité professionnelle, et ayant perdu confiance dans les politiques publiques. Mais le malaise est plus large. Les familles ont le sentiment de toujours contribuer davantage, tout en recevant de moins en moins.

En premier lieu, il faut redonner confiance aux familles.

C’était notre appel aux candidats durant la présidentielle et les législatives de 2017. Il reste d’une brûlante actualité.
L’efficacité de la dépense publique repose sur la sécurité qu’elle apporte aux personnes. C’est pourquoi les politiques au service des familles devraient s’inscrire dans la durée, avec un engagement pluriannuel des pouvoirs publics, au niveau national et dans les territoires, assorti d’un point d’étape annuel associant les familles et leurs représentants.

Les réponses doivent être globales, et non pas catégorielles.

Chaque famille est susceptible de rencontrer des difficultés à un moment de son existence : éducation des enfants, lien avec l’emploi, accès aux services, séparations, etc. Or, depuis plusieurs années, les mesures destinées aux familles se réduisent. Cette évolution qui n’a épargné aucune famille, y compris les catégories intermédiaires et modestes, a fragilisé le consentement des familles à l’impôt et aux taxes, alors qu’un soutien public leur est pourtant toujours nécessaire. Le sens même de la politique familiale n’est plus compris, avec à la clé un sentiment d’injustice qui s’accroît – d’ailleurs les pays qui ciblent le plus leurs politiques sociales sont les plus inégalitaires - voire même des accusations d’assistanat à l’encontre de ceux qui continuent à en bénéficier. Il est important de redonner son sens à la politique familiale qui repose sur l’universalité et qui est un facteur de cohésion.

Il faut redonner du sens à nos systèmes de contribution et de solidarité

• La répartition de la charge fiscale entre ménages et entreprises, a considérablement évolué ces dernières années aux dépens des ménages. Pourtant, les entreprises tirent profit des politiques qui favorisent le pouvoir d’achat, le bien –être ainsi que la conciliation entre vie familiale, personnelle, professionnelle de leurs salariés. Elles ont besoin d’actifs, en bonne santé, et de croissance démographique. Il est donc normal et productif que les employeurs contribuent au financement des politiques.

• Conformément à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, les contributions fiscales doivent tenir compte des capacités contributives des ménages, donc non seulement de leurs revenus mais aussi de leurs charges, notamment familiales. Or c’est de moins en moins le cas (baisse de l’IR, suppression de la taxe d’habitation, et à l’inverse augmentation des taxes indirectes et de la CSG), sans compter les coûts pour les finances publiques de la suppression de l’ISF qui ne bénéficie quasiment pas aux familles ayant des enfants à charge. Tout ceci entretient le sentiment d’une injustice du système fiscal dans son ensemble. Les réformes fiscales devront systématiquement tenir compte de la composition familiale.
#Citoyenneté

La fiscalité environnementale doit prendre en compte les contraintes familiales

La crispation sur la fiscalité « écologique » renvoie aux conditions de l’acceptabilité sociale de la transition. Nous avions alerté sur les risques d’une montée trop rapide du prix des carburants qui pèse fortement sur les familles avec enfants, via les frais de chauffage et de transports qu’elles subissent davantage que les autres ménages. Pour faire évoluer les comportements, les politiques publiques doivent respecter des principes :

  • affectation des recettes à des aides et actions favorisant effectivement la transition, tant pour les ménages que pour les entreprises ;
  • équité des efforts demandés en tenant compte des charges et contraintes familiales.

#Fiscalité

Il faut redonner du sens et de la cohérence aux dépenses d’intervention sociale

• Ces dépenses permettent largement de prévenir et de réparer les situations sociales difficiles qui, à défaut de soutien, seraient largement plus coûteuses pour la collectivité. Tout le monde admet le rôle d’amortisseur qu’elles ont joué lors de la crise de 2008. Il faut arrêter de penser que les dépenses sociales seraient par nature des charges excessives et « non rentables » pour la collectivité.

• Une bonne partie des services accessibles aux familles dépendent des collectivités locales : transports scolaires, établissements d’accueil du jeune enfant, accueil périscolaire, restauration scolaire, etc. Ces services sont souvent indispensables aux familles. Difficultés financières des collectivités, choix politiques, manque de régulation ou de soutien au niveau national, disparition ou dégradation de services publics relevant de l’Etat : tout ceci contribue aux inégalités territoriales d’accès aux services, et à une augmentation des restes à charge pour les familles avec enfants. Il faut une politique familiale globale qui tienne compte des décisions prises à tous les échelons.

• La solidarité ne repose pas uniquement sur des dispositifs publics : les solidarités familiales et intergénérationnelles exercent un rôle indispensable, notamment pour les membres de la famille les plus vulnérables. Ces solidarités familiales, nécessaires à notre pays, tant sur le plan social qu’économique, sont fragilisées : il faut les conforter par des soutiens publics, et mieux tenir compte de leur utilité. Ainsi, la réforme des retraites ne doit pas se faire au détriment de celles et ceux qui ont consenti des efforts pour s’occuper de leurs enfants et de leurs proches. Les femmes sont les premières bénéficiaires des pensions de réversion, et autres droits familiaux rattachés aux retraites. Sans cet apport, elles tomberaient dans la précarité.

#Fiscalité #Services publics #Citoyenneté

Il faut concevoir la politique familiale comme un investissement pour le présent et l’avenir

• Des prestations et des services doivent aider les parents à accéder et à se maintenir dans l’emploi, à soulager les coûts liés à l’éducation de leurs enfants avant leur prise d’autonomie, à intervenir auprès de leurs propres parents devenus dépendants. C’est aussi le moyen d’améliorer la situation des enfants, ce qui joue positivement sur leur avenir et sur celui de la collectivité. Les moyens existent puisque, notamment, la branche famille est redevenue excédentaire.

Pour miser sur la prévention, améliorer le bien-être des familles, relancer l’emploi, donner la possibilité aux parents d’élever leurs enfants, et de s’occuper de leurs proches vulnérables, tout en exerçant une activité professionnelle, notamment pour les femmes : il faut investir dans la politique familiale.
#Fiscalité #Services publics #Citoyenneté

Il faut renforcer les prestations monétaires pour compenser la perte de niveau de vie liée à la présence d’enfants

• Avoir des enfants se traduit, non seulement par des dépenses supplémentaires, mais aussi par une charge de temps qui peut induire des réductions d’activité, et donc de revenu.

• Trop de familles subissent des effets de seuil et perdent brutalement leurs droits, en raison de baisses de plafonds de ressources, ou de sous-indexation. La priorité n’est pas de créer de nouveaux dispositifs ciblés. Ce levier a déjà été actionné, avec des effets cantonnés au court terme, au prix d’un système toujours plus complexe et inégalitaire. Lorsqu’on demande aux allocataires, quelles aides privilégier, les familles plébiscitent les aides financières directes à plus de 50%. Pour préserver le niveau de vie des familles et éviter leur appauvrissement, une meilleure indexation des prestations familiales serait efficace, ainsi qu’une réévaluation des plafonds d’accès aux prestations.
#Fiscalité

Il faut permettre aux parents de mieux concilier leur vie familiale avec leur vie professionnelle.

C’est un gain pour les familles, pour les entreprises, pour l’économie du pays. Plusieurs propositions peuvent être avancées :
• En termes de petite enfance, il faudrait pouvoir proposer aux parents un congé parental mieux indemnisé, au moins durant la première année de l’enfant. Et ensuite, leur permettre, si c’est leur choix, d’accéder à la crèche ou chez une assistante maternelle, jusqu’à l’entrée en maternelle.
• L’indemnisation et l’extension de la durée du congé enfant malade, au moins pour les enfants en bas âge, permettraient de favoriser la conciliation, tout en limitant le recours aux congés maladie de complaisance.
• Pour les enfants de 3 à 12 ans, une offre suffisante doit être accessible pour l’accueil périscolaire, car c’est une demande forte des familles dans les territoires, qui permet en outre la conciliation avec l’emploi.
• Pour les « aidants familiaux », il faut renforcer le congé de proche aidant en l’indemnisant, en l’allongeant, et en maintenant les droits à la retraite sur la base d’un temps plein.
#Fiscalité #Services publics #Citoyenneté

Il faut lutter contre le mal-endettement qui peut frapper n’importe quelle famille.

• Estimés à plus de 6 Milliards d’euros, les frais d’incidents bancaires concernent des millions de familles, dégradant ainsi leur pouvoir d’achat, avec le risque au surcroit de les faire plonger dans le mal endettement voire la pauvreté, notamment pour celles qui ont des revenus irréguliers en raison de la flexibilité de leur travail. Suite à nos enquêtes révélant des pratiques abusives des banques, les pouvoirs publics ont réagi, mais il faut aller plus loin. Il faut généraliser à tous les clients le plafonnement global des frais liés aux incidents de paiement ou aux irrégularités de compte, et rééquilibrer ainsi progressivement le modèle économique de la banque de détail en France qui repose beaucoup trop sur ces frais d’incidents.

• Pour les familles confrontées aux risques de la vie (tels que les séparations, veuvages, maladie, perte d’emploi), il faut systématiser une offre d’accompagnement budgétaire pour éviter une dégradation trop importante de leur situation.
#Fiscalité #Services publics #Citoyenneté

Il faut davantage et réellement associer les citoyens et les corps intermédiaires aux décisions publiques.

• Certaines transformations récentes, en particulier liées à la dématérialisation « à marche forcée », éloignent de plus en plus les services publics, de la population. Cela peut entraîner un frein à l’accès aux droits, et renforcer un sentiment d’abandon, tant sur le plan social, que géographique. A chaque décision d’éloignement de services, il devrait être fait obligation aux autorités publiques d’en évaluer l’impact et de prévoir un dispositif d’accompagnement pour ceux qui en subissent les effets.

• Le monde associatif peut contribuer à trouver des solutions, en raison de sa proximité territoriale, de son rôle en matière de solidarité mais aussi comme vecteur de fraternité et de sociabilité à travers le bénévolat et l’entraide. Partie intégrante d’une société démocratique, les associations de petites et de grande taille, doivent être mieux soutenues dans leur composante bénévole comme dans leur composante salariée.

• Ce sont souvent le court terme et l’urgence qui dictent l’agenda politique, avec une faible implication en amont des corps intermédiaires et peu d’analyse sur l’impact pour la population des mesures envisagées. Cela peut conduire à des décisions manquant parfois de cohérence, sans mise en perspective, qui peuvent produire des résultats contraires aux objectifs affichés. D’où l’importance des corps intermédiaires dont le rôle constitue un apport précieux, par leur connaissance de terrain, leur approche globale, leur indépendance d’opinion.

• C’est particulièrement vrai pour la politique familiale qui se situe entre la réalité du quotidien vécu par les familles, et des enjeux globaux (démographie, qualité de l’éducation, de la protection apportée aux enfants, etc) à moyen et long terme. Notre fonctionnement démocratique devrait davantage permettre, au niveau national, comme dans les territoires, qu’en amont de toute décision, existe un réel espace de réflexion et de programmation partagé.

• C’est vrai également dans le champ économique où les contre-pouvoirs que constituent les associations de consommateurs face aux industriels, devraient être beaucoup plus soutenus par les pouvoirs publics, permettant ainsi de défendre le pouvoir d’achat des familles.
#Citoyenneté

Actualités

Illustration

12 mars 2019 : l’UDAF organise une rencontre dans le cadre du Grand débat national

14 février - L’UDAF de l’Aveyron organisera un débat le mardi 12 mars prochain dans le cadre du Grand débat national. Détail en ligne.


Lire la suite
Illustration

Le grand débat à l’Udaf Bas-Rhin

22 février - Dans le contexte du mouvement des gilets jaunes et de l’organisation du grand débat national annoncé par le Président de la République, l’UDAF Bas-Rhin, les associations adhérentes souhaitent prendre toute leur place en organisant le 4 mars prochain, une consultation des mouvements familiaux.


Lire la suite
Illustration

L’UDAF 78 : la famille au cœur du Grand Débat

22 février - L’UDAF 78 vous invite à vous exprimer lors d’une réunion d’initiative locale le jeudi 14 mars 2019 à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Versailles Salle Bamberger de 19h à 22h.


Lire la suite
Illustration

L’UDAF a organisé une rencontre dans le cadre de Grand débat national

19 février - Le 6 février 2019, Georges DOUTEAU et Frédéric RABAUD, Président et Directeur de l’UDAF de Vendée, ont convié toutes les associations familiales du département à participer à une soirée dans le cadre du « Grand débat national ». Ce temps de débat et de travail en collaboration avec les associations familiales du département fera l’objet d’un compte rendu, qui sera validé par le Conseil d’Administration du 6 (...)


Lire la suite
Illustration

L’UDAF organise une réunion locale dans le cadre du Grand débat

19 février - L’UDAF organise dans le cadre du Grand débat, le 5 mars prochain, un débat local avec l’objectif de donner la parole aux familles et d’éclairer les 4 thèmes sous l’angle de la politique familiale. Les échanges seront organisés sous forme d’ateliers composés de 6 personnes maximum. Les positions relevées lors de ce débat seront relayées sur la plateforme nationale (...)


Lire la suite
Illustration

Grand débat sur le thème « L’organisation de l’Etat et des services publics »

19 février - L’UDAF de la Corrèze organise un grand débat jeudi 7 mars 2019 à Tulle sur le thème « L’organisation de l’Etat et des services publics » en présence de Christophe JERRETIE, député de la Corrèze. En s’appuyant sur ses associations familiales et ses représentants, l’UDAF encourage les familles à venir témoigner pour faire remonter les questionnements du terrain sur la politique familiale. Sur inscription au 05 (...)


Lire la suite
Illustration

L’UNAF a siégé au Comité de suivi de Grand Débat National présidé par Edouard PHILIPPE

14 février - Le 5 février dernier, la Présidente de l’UNAF, Marie-Andrée BLANC, a été invitée à Matignon, à siéger au Comité de suivi de Grand Débat National présidé par le Premier ministre, Edouard PHILIPPE. L’UNAF, son réseau UDAF et URAF et les associations familiales adhérentes se mobilisent en encourageant les familles à témoigner de leurs réalités et en apportant des propositions pour redonner confiance aux (...)


Lire la suite
Illustration

Participation de l’UDAF 62 au Grand Débat

14 février - L’UDAF 62 était présente au Grand Débat national organisé par la Ville d’Arras, le 02 février 2019. + Lire. @ : lprandi udaf62.unaf.fr


Lire la suite
Illustration

Grand débat national : l’UDAF interroge les familles

14 février - Dans le cadre du grand débat national, et en complément des réunions d’échanges qui auront lieu les 12 Février et 5 Mars à Colmar, l’UDAF du Haut-Rhin souhaite interroger les familles haut-rhinoises par le biais d’un questionnaire en ligne. Y accéder. Le questionnaire est accessible également sur le site internet de l’UDAF 68 (www.udaf68.fr) et Facebook. @ : barthelemy (...)


Lire la suite
Illustration

L’UNAF s’est exprimée dans les médias

14 février - Retombées médiatiques suite au communiqué de presse de l’UNAF : « Grand débat national : Ecoutons les familles ! Parlons politique familiale ! » La Tribune - 05/02/2019 – Mention de l’étude réalisée par l’UNAF sur les frais bancaires. Le Dauphiné Libéré -06/02/2019 - « Grand débat : pourquoi les associations hésitent ». L’Est Républicain - 06/02/2019 – Grand débat « Voici ce que proposent plusieurs (...)


Lire la suite
Illustration

Les associations au cœur du grand débat national

14 février - Le lundi 5 février 2019, le Président de la République a rencontré les élus d’Ile-de-France et les acteurs associatifs qui agissent dans le cadre de la politique de la Ville. Une soirée d’échange s’est tenue à Evry- Courcouronnes, en Essonne.


Lire la suite
Illustration

L’UDAF du Doubs organise des Grands Débats à Pontarlier, Montbéliard et Besançon

8 février - L’UDAF du Doubs propose trois réunions d’échanges dans le cadre du Grand Débat, les 25 et 28 février 2019 et le 4 mars 2019. L’UDAF du Doubs vous invite également à relayer ses positions « sur la plateforme en ligne ou sur le cahier de doléance de votre commune ».


Lire la suite
Illustration

Grand Débat National : l’UDAF 26 mobilise son réseau

8 février - Sylvie REVERBEL, Présidente de l’UDAF de la Drôme a envoyé un message à toutes les associations familiales et représentants familiaux du département pour les inviter a participer au Grand débat national. Par ailleurs, l’UDAF relaie la campagne de promotion du grand débat auprès des familles sur son compte Facebook.


Lire la suite
Illustration

Grand Débat national : L’UNAF reçue à Matignon

6 février - Marie-Andrée Blanc, Présidente de l’UNAF a participé le 5 février à Matignon au comité de suivi du Grand Débat.


Lire la suite

UDAF 15 - Cantal - Grand débat national : l’UDAF interroge les familles

5 février - Dans le contexte actuel et de l’organisation du Grand débat, l’UDAF du Cantal a souhaité interroger les familles. Ainsi, elle a élaboré un questionnaire en 10 chapitres, accessible ici ! @ : PBlanc udaf15.fr


Lire la suite

UDAF 42 - Loire - Concertation des mouvements familiaux dans la Loire

5 février - Dans le contexte du mouvement des « Gilets Jaunes » et de l’organisation du Grand Débat National via la lettre adressée aux français par le Président de la République, l’UDAF de la Loire et ses associations adhérentes souhaitent prendre toute leur place et seront force de propositions en organisant le 14 février prochain, une consultation des mouvements familiaux afin de faire remonter l’ensemble de nos (...)


Lire la suite

UDAF 68 - Haut Rhin - Grand débat national : l’UDAF organise deux réunions d’échanges

5 février - L’UDAF du Haut-Rhin organisera deux réunions d’échanges dans le cadre du grand débat national. Ces réunions, ouvertes à tous, permettront aux familles de s’exprimer et de débattre notamment sur les 4 thèmes suivants : Transition écologique, Fiscalité et dépenses publiques, Démocratie citoyenneté et Organisation de l’Etat et Services publics. Leurs préoccupations et propositions seront ensuite relayées sous (...)


Lire la suite
Illustration

Pourquoi parler de politique familiale dans le grand débat national ?

31 janvier - Pouvoir d’achat, mobilité, emplois précaires, isolement… Même lorsqu’ils n’utilisent pas les termes de « famille » ou de « politique familiale », c’est bien de leur vie familiale que nos concitoyens parlent, lorsqu’ils évoquent leurs difficultés. L’UNAF et son réseau UDAF et URAF s’associent au Grand débat national en encourageant les familles à témoigner de leurs difficultés et en apportant des constats et (...)


Lire la suite
Illustration

L’UNAF dans les médias

31 janvier - Presse nationale France Catholique 25 janvier 2019 – UNAF - Derrière les chiffres de la démographie. Le Parisien – 21 janvier 2019 – UNAF - Limitez vos frais de découvert bancaire Dans les régions La Nouvelle République-22 janv. 2019 – UDAF de la Vienne - Les associations familiales de la Vienne vont contribuer au grand débat national Centre Presse Vienne 23 janvier 2019 – UDAF de la Vienne - Les (...)


Lire la suite

UDAF 05 - Grand débat national : Pouvoir d’achat, accès aux services au public, spécificité du territoire rural, transition écologique : exprimez-vous !

31 janvier - Dans le cadre de la concertation liée au grand débat national, l’UDAF des Hautes-Alpes a souhaité interroger les familles de son département. Les résultats de cette enquête seront relayés par l’UDAF dans les débats qui seront organisés dans le département. Questionnaire en ligne.


Lire la suite

UDAF 42 - « Grand Débat National : consultation des Mouvements familiaux dans la Loire

31 janvier - Dans le contexte du mouvement des « Gilets Jaunes » et de l’organisation du Grand Débat National via la lettre adressée aux français par le Président de la République, l’UDAF de la Loire et ses associations adhérentes souhaitent prendre toute leur place et seront force de propositions en organisant le 14 février 2019 de 15h à 18h à l’UDAF de la Loire à St-Étienne, une consultation des mouvements familiaux (...)


Lire la suite
Illustration

Grand débat national : le Président de la République évoque la politique familiale devant les maires

23 janvier - Quelques jours après le bilan démographique de l’INSEE et les alertes de l’UNAF (lire en rappel, le communiqué de presse de l’UNAF) sur les signes inquiétants de perte de confiance des familles, le Président de la République, devant les Maires, s’est dit à son tour inquiet de cette chute des naissances et être preneur de propositions sur la politique familiale. A son tour, la Ministre des Solidarités a (...)


Lire la suite
Illustration

L’UNAF a rencontré Benjamin GRIVEAUX, Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, porte parole du Gouvernement

23 janvier - Le mardi 15 janvier 2019, la Présidente de l’UNAF, Marie-Andrée BLANC et Guillemette LENEVEU, Directrice générale, ont rencontré Benjamin GRIVEAUX, Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, Porte-parole du Gouvernement. J- Philippe VALLAT, en charge de la Direction des politiques et actions familiales et des études (DPF) assistait à l’entretien. Cette première prise de contact a permis à l’UNAF, de (...)


Lire la suite

Grand débat national : l’UNAF a participé à la réunion de mobilisation de l’écosystème transports

23 janvier - L’UNAF, représentée par Bernard TRANCHAND, Vice-Président, a participé le 18 janvier dernier, à une réunion organisée par la Ministre chargée des transports Elizabeth BORNE sur la contribution et la participation de l’ « écosystème transports » au grand débat national. Il était accompagné d’Hélène MARCHAL, Chargée de mission. Bernard TRANCHAND est intervenu en indiquant que l’UNAF allait se mobiliser avec (...)


Lire la suite
Illustration

Organisation du Grand débat national : l’UNAF consultée par le Premier ministre à Matignon

16 janvier - Dans le cadre du lancement de la préparation du Grand débat national, l’UNAF, représentée par Guillemette LENEVEU, Directrice générale, a été conviée par le Premier ministre, avec d’autres acteurs associatifs, le 11 janvier dernier, à une réunion de consultation. L’UNAF entend prendre toute sa place dans les futurs débats et sera force de propositions dans les consultations et la concertation à venir avec (...)


Lire la suite